Vous êtes ici
Accueil > Intervenir > Compétences parentales > Répondre au besoin de bouger… GO!

Répondre au besoin de bouger… GO!

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

simon_amelieComme je le mentionnais dans mon billet « 8 choses à ne pas dire à un parent d’enfant TDAH« , le manque d’activité physique n’est pas seulement propre à nos petits TDAH, c’est un réel problème de société qui affecte les enfants, mais aussi les adultes!

Pour nos petits H (comme dans hyperactif), plutôt que de contrer leur besoin de bouger (c’est parfois notre réflexe), il faut l’encourager. Les études s’entendent pour dire que faire de l’exercice, c’est bon pour les fonctions mentales. C’est encore plus vrai pour nos enfants TDAH, l’activité physique contribuerait au fonctionnement quotidien des enfants, plus particulièrement sur le plan social.

Mais avant de se lancer tête première dans le club de balle molle, de soccer ou de nage synchronisée, il faut sélectionner une activité qui permettra à l’enfant TDAH d’y prendre plaisir et de s’accomplir, parce que ça aussi c’est ben le fun!

Il faut notamment:

  • éviter les activités avec un temps d’attente (plongeon, baseball, etc.)
  • éviter les activités ayant plusieurs règles à suivre ou demandant une bonne adaptation sociale comme les sports collectifs
  • favoriser les sports individuels
  • préférer les activités extérieures aux activités intérieures car les enfants ont tendance à être plus agités dans les grands espaces et sous les éclairages typiques des gymnases.
  • s’assurer que l’activité soit supervisée par du personnel pédagogue qui auront des stratégies pour contrer les problèmes de discipline
  • favoriser les activités d’aérobie, elles aident à maintenir l’attention et réduisent le stress (en plus d’aider au sommeil)

On recommande d’ailleurs qu’un enfant bouge 90 minutes par jour! 60 minutes si l’activité est modérée et 30 minutes si elle est intense. Voici un petit tableau proposant différent type d’activités physiques en fonction de leur niveau d’intensité :

Intensité légère  Intensité modérée Intensité élevée
  • Marche
  • Exercices d’étirement
  • Promener le chien
  • Jouer à cache-cache
  • Marche rapide
  • Patinage
  • Bicyclette
  • Nage
  • Danse
  • Gymnastique
  • Ski alpin
  • Randonnée en montagne
  • Escalade
  • Course
  • Basket-ball
  • Soccer
  • Football
  • Danse aérobique
  • Danse hip-hop
  • Ski de fond
  • Judo
  • Hockey
  • Nage
  • Saut à la corde

Les p’tits trucs

Si comme moi, il n’est pas toujours facile d’encourager et de favoriser l’activité physique pour votre enfant, voici quelques petites pistes pouvant aider :

  • Fixer un objectif réaliste  – un enfant qui se motive en se fixant des objectifs a plus de chance de prendre plaisir à s’exécuter.  S’améliorer, c’est aussi un moyen efficace pour favoriser l’estime de soi.
  • Il existe tout plein d’opportunités pour se secouer – sortir dehors prendre une marche avec votre enfant, on communique et on s’oxygène… formidable! On fait une course au dépanneur, on va chercher le courrier.  Aller à l’école à pieds, aller chez un ami. Passer l’aspirateur, tondre le gazon, déblayer la neige, promener le chien ou racler les feuilles.  N’oubliez pas de prévoir des sorties régulières!
  • Permettre à l’enfant de se dépenser physiquement AVANT une activité calme.
  • Permettre des stimulations sensorielles dans un contexte où l’enfant a besoin de bouger pour demeurer concentré. D’ailleurs, il est souvent proposé d’utiliser des balles anti-stress ou des tangles pour maintenir l’attention.  La posture également est importante, un siège de type Move’n sit ou un ballon thérapeutique peuvent contribuer à maintenir une bonne posture et répondre aux besoins de stimulation sensorielle.
  • Si l’activité est fait en soirée, lorsque la pilule ne fait plus effet mais qu’il est nécessaire de maintenir un  certain niveau d’attention, j’offre à fiston une petite dose de médication courte durée (5 mg de Ritalin par exemple).  Je sais que je risque de me faire tirer des roches, mais son pédiatre n’y a vu aucun problème et il peut enfin suivre l’activité sans faire péter les plombs de l’adulte.
  • Dernière chose, faire preuve de patience – Ignorer les comportements mineurs qui vous agacent, surtout s’ils n’ont aucun impact sur le climat familial.  Il est inutile de démontrer des signes d’exaspération devant des comportements involontaires.

Alors, qu’attendez-vous?  Bougez maintenant!!!

 

La majorité des recommandations sont tirées du guide Mieux vivre avec le TDA/H à la maison du programme multi-propulsions.

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

2 thoughts on “Répondre au besoin de bouger… GO!

  1. Je fais du tutorat. J’ai proposé à des enseignants au sein d’une classe d’informer les parents concernés d’un procédé pour aider les enfants souffrant d’un TDAH ou AUTISME.
    Il s’agit d’huiles essentielles.
    Aux intéressés, je divulguerai la recette.

  2. Je fais du tutorat. J’ai proposé à des enseignants au sein d’une classe d’informer les parents concernés d’un procédé pour aider les enfants souffrant d’un TDAH ou AUTISME.
    Il s’agit d’huiles essentielles.
    Aux intéressés, je divulguerai la recette.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils