Vous êtes ici
Accueil > TDAH chez l’enfant > Pourquoi 80% des parents d’enfants ayant un TDAH finissent par se séparer?

Pourquoi 80% des parents d’enfants ayant un TDAH finissent par se séparer?

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

Cette statistique fait peur je sais. On sait tous que pour des couples ayant des enfants neurotypiques cette statistique tourne autour du 50% (ce qui est tout de même énorme). Mais pourquoi diable est-ce que ça grimpe autant lorsque l’on parle de familles touchées par le TDAH?? J’ai posé la question à d’autres parents, d’autres couples et j’ai ajouté ma propre expérience à ceux-ci. Voici donc quelques pistes de réponses à cette question, pourquoi le TDAH affecte-t-il autant le couple?

Avant de vous les présenter, laissez-moi préciser que cette liste ne veut pas dire que le TDAH de l’enfant (ou l’enfant lui-même) est la cause de la séparation. L’enfant ayant un TDAH (ou pas), n’est jamais le responsable de la séparation de ses parents. Ils sont responsables de leur union tout comme de leur séparation. Plusieurs familles arrivent sans problème à vivre dans le bonheur. Toutefois, le fait de vivre des épreuves à répétition associé, au niveau de sensibilité et de tolérance de chacun, peut avoir un impact important sur la survie du couple. Les difficultés, ça finit par user.

  1. L’un des partenaires nie la présence du TDAH chez son enfant. Il n’accepte pas le diagnostic de l’enfant. Le déni semble un problème courant.
  2. Donner ou non la médication… on ne s’entend pas toujours sur cette intervention.  Ça touche les valeurs personnelles et le bât blesse.
  3. Problème de communication. C’est déjà difficile de communiquer de façon optimale, avec la présence d’un TDAH dans la famille et d’impulsivité, c’est encore plus difficile!
  4. L’un des partenaires s’informe, se documente sur la problématique, va aux différents rendez-vous avec les spécialistes tandis que l’autre est plus passif et démontre peu d’intérêt à résoudre ou à améliorer la situation. Le manque d’implication est souvent au coeur du problème.
  5. L’un des partenaires a lui aussi un TDAH. Parce que le trouble peut être héréditaire, les parents l’ont souvent eux aussi, et cela peut nuire à leurs relations. Les adultes ayant un TDAH peuvent être impulsifs et trouver difficile de se concentrer ou de résoudre des problèmes. Ce qui peut conduire à des conflits dans les relations de couple.
  6. Comme parent, nous ne réagissons pas tous de la même façon à une situation de crise (de colère comme d’exaspération), certains atteignent leur limite plus rapidement que d’autres.
  7. On parle aussi de démission parentale.  L’un des partenaires en a marre et jette la serviette.  C’est malheureusement l’autre parent qui se retrouve seul avec la problématique sur ses épaules.
  8. On n’aime pas toujours ce qu’on l’on voit chez l’autre, tant en termes d’interventions que de réactions. Certains disent même qu’ils n’ont jamais marié cette personne, qu’elle s’est transformée en devant parent.
  9. Parfois, ce sont nos propres comportements que l’on remet en question, on ne se sent pas à la hauteur.  C’est encore pire quand c’est l’autre qui nous reproche de ne pas l’être.
  10. On manque de temps pour nous! On met tellement de temps, d’énergie sur nos enfants qu’on oublie de se consacrer du temps comme couple. Pire encore, certaines familles ont tellement de besoins particuliers qu’il est pratiquement impossible de trouver une gardienne ou des volontaires parmi la famille.
  11. Les problèmes d’argent sont souvent la source de conflits au sein d’un couple. Quand on parle d’interventions, on parle souvent de coûts. Des suivis en psychologie/psychoéducation/orthophonie/orthopédagogie peuvent représenter des coûts très onéreux.
  12. L’ingérence de la famille ou de la belle-famille. Certains membres de la famille élargie qui donne des conseils et qui juge les interventions de l’un des parents. Encore pire, ceux qui interviennent directement et qui n’acceptent pas de vous aider parce que leur perception de la situation est différente. La famille peut parfois exercer une trop forte pression sur le couple.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

3 thoughts on “Pourquoi 80% des parents d’enfants ayant un TDAH finissent par se séparer?

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils