Vous êtes ici
Accueil > Intervenir > Le neurofeedback, ça se poursuit

Le neurofeedback, ça se poursuit

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

Comme je vous le racontais dans un premier billet, nous avons débuté des séances de neurofeedback pour mon fils aîné de 13 ans.  Depuis mai dernier donc, nous nous déplaçons sur les lieux, fiston regarde des vidéos et l’équipe s’affaire à mesurer sa performance, à réduire le temps de réaction  que le cerveau doit prendre pour réagir aux signaux qui lui sont transmis, on parle de millième de secondes et on adapte le protocole en fonction de sa performance. Aujourd’hui, nous en sommes à la 10e séance d’entraînement.  La question qui brûle toutes les lèvres, est-ce que ça fonctionne finalement??

neurofeedback-suiteDepuis le début j’ai beaucoup de mal à répondre à cette question.  D’emblée, je vous répondrais que oui puisque je vois plusieurs changements chez fiston.  Mais ce qui nuance un peu ma réponse, c’est qu’à 13 ans, il est aussi en transformation. De plus, comme nous étions en fin d’année scolaire, j’ai poursuivis la médication donc c’est difficile d’avoir une vision limpide dans son cas. Ce qui me saute actuellement aux yeux, c’est l’augmentation drastique de la durée de son sommeil.  Il dort maintenant le matin, ce qu’il n’avait jamais fait.  C’était un lève-tôt, un véritable petit garçon du matin pour qui je portais peu d’espoir de voir changer cette habitude bien ancrée.  On parle ici d’un enfant qui se levait dès 6h00 du mat, peu importe s’il s’était couché à 8h00 ou à minuit.  Il ne récupérait jamais… même ses petits frères se levaient plus tard que lui.  Alors quand vous voyez votre fils matinal se lever vers 9h00… c’est étrange ehehehehe.

Puis, est arrivé des oublis de prendre la médication et nous avons tout de suite réalisé que nous allions devoir travailler sur son impulsivité.  C’est ce que je discuterai d’ailleurs aujourd’hui avec l’équipe de Neuroperforma.  Ils m’ont souvent posé la question sur l’efficacité du traitement de façon à ce qu’on ajuste le traitement en conséquence.  Avec un certain  recul, je prends également conscience que mon  fils est plus concentré, plus vif d’esprit et ce, même sans médication.  Si ce n’était pas de son impulsivité, je ne remarquerais pas qu’il a un déficit d’attention.  Sans sa médication, je le trouve plus joyeux, plus rigolo et surtout, plus créatif. Il joue avec les mots comme pas un… c’est un véritable acrobate des mots.  Nous allons donc poursuivre le traitement jusqu’à ce que celui-ci puisse fonctionner normalement.  Je vais d’ailleurs progressivement réduire sa médication et passer à un mode intermittent (Ritalin). Idéalement, je rêve de pouvoir retirer complètement la médication comme plusieurs parents m’ont raconté avoir réussi à faire suite à un traitement complet en neurofeedback.

J’ai d’ailleurs décidé de débuter des traitements pour mon second garçon.  Pour lui, comme le diagnostic est fort différent, nous allons combiner 2 types de traitements, le neurofeedback et la reprogrammation par mouvement des yeux afin de réduire son anxiété. Je vais d’ailleurs profiter de l’été pour faire ces traitements.  Certains se diront qu’un tel traitement c’est beaucoup trop cher… mais quand je compare celui-ci au traitement d’orthodontie qu’a reçu mon fils, je trouve que c’est un investissement beaucoup moins important et beaucoup plus payant ! Bref, dès que je débute avec le 2e, je vous tiendrai informés des développements.  🙂

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

13 thoughts on “Le neurofeedback, ça se poursuit

  1. Mon enfant a fait le neuro feed-back et c’est ont augmenter de 30/100 en math français 10 je trouve que ce traitement à value la peine pour mon enfant. Le seule point négatif est je trouve qu ´ elle est plus anxieuse depuis , mais la neuro psy m’a dit que c’était normal certains enfants ont cette anxiété qui augmente.

  2. Mon enfant a fait le neuro feed-back et c’est ont augmenter de 30/100 en math français 10 je trouve que ce traitement à value la peine pour mon enfant. Le seule point négatif est je trouve qu ´ elle est plus anxieuse depuis , mais la neuro psy m’a dit que c’était normal certains enfants ont cette anxiété qui augmente.

  3. Pour la mesure des changements, la clinique fait-elle des mesures pré-post ? C’est-à-dire une évaluation avant et une après le traitement. Par contre, le fait que la médication sera modifiée en cours de route risque d’influencer les mesures, non? Il faudrait que les deux évaluations soient faites avec les mêmes conditions, le plus possible en tout cas, pour être certain que les effets sont bien dus au traitement de neurofeedback. Ça m’intéresse énormément, si jamais vous en avez envie, j’aimerais beaucoup que vous fassiez un article sur les résultats d’une évaluation pré-post des capacités de votre enfant. 🙂
    C’est la chercheure en moi qui parle. 😛 (Je commence cet automne une recherche en neuropsychologie sur l’intervention tdah auprès des adolescents 🙂 ).

  4. Pour la mesure des changements, la clinique fait-elle des mesures pré-post ? C’est-à-dire une évaluation avant et une après le traitement. Par contre, le fait que la médication sera modifiée en cours de route risque d’influencer les mesures, non? Il faudrait que les deux évaluations soient faites avec les mêmes conditions, le plus possible en tout cas, pour être certain que les effets sont bien dus au traitement de neurofeedback. Ça m’intéresse énormément, si jamais vous en avez envie, j’aimerais beaucoup que vous fassiez un article sur les résultats d’une évaluation pré-post des capacités de votre enfant. 🙂
    C’est la chercheure en moi qui parle. 😛 (Je commence cet automne une recherche en neuropsychologie sur l’intervention tdah auprès des adolescents 🙂 ).

  5. Eloise,
    Bravo pour ton blog et merci de partager ton expérience avec nous.
    Je suis très intéressé par le neurofeedback pour mon fils. Tu disais que tu avais réduit la médication pour ton fils, est ce que tu aurais pu le faire sans le neurofeedback ? J’ai très hâte de connaître les progrès de tes fils. Nous avons notre première rencontre lundi prochain. 🙂

  6. Eloise,
    Bravo pour ton blog et merci de partager ton expérience avec nous.
    Je suis très intéressé par le neurofeedback pour mon fils. Tu disais que tu avais réduit la médication pour ton fils, est ce que tu aurais pu le faire sans le neurofeedback ? J’ai très hâte de connaître les progrès de tes fils. Nous avons notre première rencontre lundi prochain. 🙂

  7. Bonjour,
    je suis intéressé par la suite des changements pour vos fils, car nous pensons à cette alternative depuis peu. Cependant, ns sommes de sherbrooke et je ne crois pas que ce service soit offert par ici. …
    Je présume que vs avez magasiné les places selon réputation et prix. Que représente l’échelle de prix et qu’elles sont les meilleurs endroits selon vous!?

    1. Non, je n’ai pas vraiment magasiné puisque j’ai rencontré Neuroperforma dans le cadre d’un salon de la santé et j’ai eu l’occasion de discuter beaucoup avec eux avant d’entreprendre le traitement. La technologie et le cadre scientifique m’ont beaucoup plus, j’étais donc prête à tenter le coup. Je ne le regrette pas du tout. Je sais qu’ils comptent ouvrir d’autres cliniques… sûrement dans votre coin!!

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils