Vous êtes ici
Accueil > Comprendre > Fruits de nos recherches > l’hérédité m’obsède

l’hérédité m’obsède

L’école s’est terminée il y a quelques semaines et nous avons aussitôt entamés nos vacances en famille.  Dès le début, nous avons remarqué que nos enfants étaient plus turbulents qu’à l’habitude.  J’ai attribué ce comportement à l’excitation reliée aux vacances.  Le temps a filé et chaque jour, je constatais une foule de symptômes que je connaissais mais qui cette fois, se présentaient à la puissance 10. Oui c’est vrai, le plus grand a un TDAH de niveau intermédiaire et plusieurs de ses cousins sont également diagnostiqués… comme ça semble être réellement un facteur héréditaire,  je me suis souvent questionnée sur la possibilité que mes 2 autres garçons puissent également être atteints.

Le cadet… oppositionnel

Dès son plus jeune âge mon fils cadet souffrait d’anxiété face aux différentes situations de la vie.  Il n’arrivait pas à connecter avec les gens… impossible de le faire prendre par quiconque, encore moins lui faire donner des bisous ou en recevoir.  Même son père avait un mal fou à l’approcher.  J’étais l’unique personne de son univers. Lors de chaque déplacement, j’avais un bébé en larmes.  Il ne comprenait pas, il angoissait à chaque changement de sa routine.  J’ai consulté et l’on m’a conseillé de tout lui dire à l’avance… « Bon mon chéri, nous allons aller en voiture pour aller voir grand-maman.  Je vais t’asseoir dans ton banc et moi je serai à l’avant.  Maman ne s’en va pas, elle reste là avec toi.  Ensuite, je descendrai de l’auto, j’irai te chercher et nous dirons bonjour à grand-maman ».  Vous voyez un peu le genre?  Eh bien aujourd’hui, il est toujours anxieux… sauf qu’aujourd’hui, c’est lui qui pose les questions… « où on va? », « pourquoi? »… et si je change d’un iota sa routine, j’ai le droit au boudin… le maususs de boudin… comme un ado, il exprime ses frustrations en faisant le muet, en s’isolant et… en boudant! Quelques fois, je ne sais même pas pourquoi il est fâché… j’ai fait quelque chose pour le mettre en rogne, il me fait payer le prix et je ne sais pas ce que j’ai fait de mal!!

Le défiant

Un autre élément qui me fait beaucoup me questionner à son sujet c’est sa fâcheuse tendance à défier.  Il défit tout le monde… son prof de maternelle (il a 6 ans), ses amis, son grand frère et bien sûr, ses parents!!! On peut lui dire de cesser un comportement immédiatement et il fait la sourde oreille… jusqu’à ce qu’on crie ou qu’on l’attrape par le bras… et là, il sort son plus beau sourire de baveux… parfois, lorsqu’il agit mal et qu’on le réprimande, il sort son sourire… et on le réprimande encore plus et il fait comme s’il trouvait la situation très drôle… il nous défie.  Se faire défier de la sorte par un adulte c’est déjà très insultant, par un enfant… tu hurles!

La journée des contraires

Dans son besoin incessant de défier, il joue aussi au jeu du contraire… pour n’importe quel argument, il va dire le contraire.  Si je dis : « c’est une belle journée aujourd’hui », il dira : « c’est une pas belle journée aujourd’hui »… je dis rouge, il dira bleu… encore une fois, c’est très irritant.  Je le surnomme souvent « schtroumpf grognon ».   Il s’exprime beaucoup en négation.  Par contre, c’est un petit garçon plein de vie, qui aime bouger et s’amuser.  Il a fait plusieurs activités sportives et il s’intéresse à la plupart des activités qui demandent de bouger.  Il est brillant et allumé.  Très organisé, il a sa routine et il y tient.  C’est ce qui me fait douter… il n’a pas de trouble de déficit d’attention… quelquefois je dirais qu’il est hyperactif mais ce n’est pas toujours constant… comme son frère, il n’arrive pas à tenir assit calmement sur une chaise le temps d’un repas.  On a souvent envie de lui demander « coudonc, as-tu des vers? ».  Bref, il a certaines caractéristiques propres à l’hyperactivité, mais pas au déficit d’attention.  Pour le qualifier, j’ai toujours dit que c’était un enfant « intense ».  Je connais bien mal les autres troubles neurologiques, les co-morbidités reliées au TDAH… mais je suis inquiète… est-ce de la projection parentale… est-ce que parce que j’ai un enfant problématique j’ai l’impression que les 2 autres sont aussi à risque…? Ou bien il y a réellement une problématique…?

Le facteur H

Je lisais dernièrement sur un site web que « si un enfant est atteint de TDAH, il est probable qu’un de ses frères, sœurs ou parents le sera aussi. Dès lors, si le TDAH est diagnostiqué chez un enfant, ses parents présument fréquemment que l’un deux ou l’un de leurs autres enfants en souffre également ».  Alors oui. Je présume.  Mais de qualifier cet enfant de TDAH, pas certaine.  Mais c’est pourtant vers 6 ans que les signes sont devenus plus importants pour l’ainé… je me dis que je devrais peut-être le faire évaluer lui aussi… j’aimerais tant avoir des témoignages de parents qui ont vu leurs autres enfants atteints de troubles différents du TDAH mais quand même liés à celui-ci… la documentation sur le sujet et trop souvent redondante et manque de profondeur.  Avez-vous vous aussi un 2e enfant ou même un 3e enfant aux prises avec ce type de problématique?

Voici un document fort intéressant sur le trouble oppositionnel produit par la province de l’Alberta (ils font tellement bien les choses en termes d’éducation).

Eloïse
Fondatrice et blogueuse at

Fondatrice et blogueuse principale sur Famille TDAH. Eloïse est aussi entrepreneure, passionnée de web et maman de 3 garçons dont 2 d'entre-eux sont directement touchés par le TDAH.

18 thoughts on “l’hérédité m’obsède

  1. je me permets de rebondir sur la personne qui dit en commentaire que la clef est d’anticiper.
    Ce n’est vraiment pas simple dans notre cas (celui de mon fils et le mien).
    En effet, pour certaines choses, si je le préviens, c’est la cata; exemple, si je lui annonce que l’après midi nous allons aller à la piscine, je peux être sûre que dès 7h du matin je vais avoir toutes les minutes un  » je veux aller à la piscine maintenant »!
    par contre, pour gérer certaines de ses angoisses, je dois lui dire « maman te récupérera à l’école ce soir »
    Alors dans ce cas là, anticiper serait se demander qu’elle va être sa réaction et adapter un comportement adéquate? exemple : si je sais qu’une annonce va trop le stimuler, je ne la fais qu’à la dernière minute? sauf que cela me gêne car on induit déjà qu’on s’attend à telle réaction alors que peut etre elle ne se produira pas, non?

  2. je me permets de rebondir sur la personne qui dit en commentaire que la clef est d’anticiper.
    Ce n’est vraiment pas simple dans notre cas (celui de mon fils et le mien).
    En effet, pour certaines choses, si je le préviens, c’est la cata; exemple, si je lui annonce que l’après midi nous allons aller à la piscine, je peux être sûre que dès 7h du matin je vais avoir toutes les minutes un  » je veux aller à la piscine maintenant »!
    par contre, pour gérer certaines de ses angoisses, je dois lui dire « maman te récupérera à l’école ce soir »
    Alors dans ce cas là, anticiper serait se demander qu’elle va être sa réaction et adapter un comportement adéquate? exemple : si je sais qu’une annonce va trop le stimuler, je ne la fais qu’à la dernière minute? sauf que cela me gêne car on induit déjà qu’on s’attend à telle réaction alors que peut etre elle ne se produira pas, non?

  3. Ha lala! Oui la génétique! tout d’abord, un proverbe me vient à l’idée que je retiens depuis mon adolescence est… « Nous sommes toujours mauvais juge que ce que nous sommes nous même »…. Et c’est tout-à-fait vrai!

    Je suis maman de 4 enfants, dont 2 sont diagnostiqués TDAH… Mon premier un ado, bientôt 16 ans, TDA sévère sans hyperactivité, qui est le plus difficile des TDA à gérer. Hypo-actif (dans tout les sens) physiquement et mentalement, démotivation extrême, échecs à répétition, estime de soi bafouée, aucune médication efficace…Bref, extrêmement difficile!
    2ième…. Un petite fille de 8 ans, beaucoup plus brillante que le premier (sans vouloir dénigrer l’autre) toutefois hyper-active, hyper-émotive, qui s’arrache toutes les gales des bobos, anxieuse, etc…. Heureusement, le concerta arrive à améliorer la majorité des symptômes, merci mon Dieu!!!
    La différence entre elle et mon premier, l’un hypo et l’autre hyper… J’aime mieux ramener à la baisse que donner un coup-de-pied au derrière constamment, croyez-moi! On crois à tord le contraire…
    La 3ième ira en 1ière année l’an prochain et a plusieurs symptômes du TDAH, je la ferai évaluer dès le premier trimestre, surtout s’il y a problèmes scolaires car une chose que j’ai apprise est que, plus tôt ils sont pris en charge mieux c’est…. La 4ième, elle a 4 ans et elle semble la seule à s’en être sauvée 🙂

    Oui la génétique a toute sa place dans 80% des cas et un retour dans le passé s’impose pour les 2 parents afin de mieux cerner les troubles de nos enfants…
    Le premier, jamais de la vie je ne me serais reconnue à travers ses symptômes, mais la 2ième, ho lala! Identique! Mes hauts et bas d’émotivité, mes journées yo-yo, difficulté à retenir ma lecture, lunatique en classe et quand il y a manque de stimulation, insomnie, impulsivité (qui était très bénéfique en sport), coupe la parole, je fait tout par moi-même car les autres ne sont pas assez rapides alors que c’est moi le problème hihi j’en ris maintenant bien sûr! Aujourd’hui je suis médicamentée et très heureuse de l’être, tout est plus stable et facile à gérer. De plus, ça me permet de mieux comprendre mes enfants afin de les outiller pour qu’ils puissent gérer leurs symptômes du mieux qu’ils peuvent. Trucs simples… Pour le dodo des enfants anxieux, dormir avec un sac magique, lui donner un nom comme un ami très réconfortant ( ex; béké-bobo), ça fonctionne très bien pour mes enfants, je le faisais aussi adolescente. Aussi pour étudier, le faire avec de la musique, spécialement avec des écouteurs, ce qui diminue la distraction… et s.v.p ne jamais contrer l’anxiété en disant « tu verras tantôt! » dans le but de faire arrêter nos enfants de demander, l’anticipation est la clef et TOUJOURS répondre afin de calmer cette boule qui au fond ne cesse de prendre de l’énergie négative…

    Le TDAH n’est pas toujours négatif, il faut seulement trouver les moyens pour mieux vivre avec ce trouble et le plus possible essayer de trouver sa voie pour mieux canaliser cette énergie difficile à contrôler. Michael Phelps le nageurs est TDAH et heureusement a trouvé sa voie. L’inventeur des guichets pour les billets d’avion dans les aéroports est TDAH car il perdait souvent ses billets d’avion! Plusieurs autres personnalités comme vous devez le savoir se sont démarqués avec ce trouble….

    Selon mon médecin, il n’y a pas plus de TDAH qu’auparavant, il y a seulement plus de diagnostiques par la connaissance du trouble, c’est comme une société en parallèle de la normale, je n’aime pas dire ce mot mais disons plus « des gens qui n’ont pas le troubles, bon! » Alors dans cette optique, oui, la génétique fait son oeuvre et pour les génération à venir… Lorsqu’un enfant est diagnostiqué, un travaille sur soi s’impose…

    D’une TDAH en constante évolution à travers ses enfants 😉

    1. Merci Sofie, ton commentaire est très intéressant et plus que pertinent. Donc si je comprends, tu savais que ta cadette serait elle aussi prise avec ce diagnostic (vers quel âge?)? Et là à 6 ans, tu sais que ton 3e le sera sûrement? C’est sûr qu’avec une première expérience, on est plus alerte aux signes… mais des fois, je me trouve TROP alerte… j’en vois un peu partout ehehehhehe.

      Nous allons finalement attendre qu’il commence vraiment l’école (1ère année) pour déterminer avec la psy s’il y a présence d’une comorbidité. Le TDA de mon fils ainé ne me cause pas tellement de problème en fait, il réussi bien à l’école et il est un garçon charmant. Ce sont surtout les matins et le repas du soir qui sont moins intéressants mais bon, c’est de mieux en mieux alors je garde espoir ehhehehe.

      Tu me semble dynamique et très à l’aise dans tout cela, même avec 4 enfants dont plus de la moitié sont TDA(H)… ! Plusieurs d’entre-nous sommes découragés, à bout de souffle… quand ta pensée ne fonctionne pas de la même façon que ton enfant, c’est difficile de suivre et de comprendre. Merci de nous éclairer!! Je prends en note tes trucs 😉

      e.

      1. En fait la cadette est celle qui s’en sauvera je crois… Elle a 4 ans et a un comportement et humeur très stable contrairement aux autres.
        Selon mon médecin, la génétique s’estompe au fil de la fratrie, c’est-à-dire, le 1ier a le trouble plus fort, ma 2ième un peu moins fort et ainsi de suite. Dans mon cas c’est tout-à-fait vrai.

        C’est drôle ce que vous dites, que vous êtes très alerte et vous voyez des gens atteints… Moi aussi c’est pareil et tellement évident parfois!!!

        Mon garçon de 16 ans a été diagnostiqué en 2ième année et la vie est TRÈS difficile encore aujourd’hui. Ma deuxième, diagnostique en 1ière année, soit l’an passée, elle a maintenant 8 ans et elle fonctionne à merveille, elle est très brillante, entre 75 et 85 de moyenne en fin d’année! Merci au Concerta!

        Je comprend que vous soyez découragés et à bout de souffle… Ces enfants sont toutefois très fragiles, l’estime de soi est si important, nous nous devons de les comprendre et de se mettre à leurs places pour mieux intervenir. Je sais très bien que de répéter 10 fois la même chose chaque jour c’est pas chouette. L’anticipation est vraiment la clef! Prévoir les crises possibles, allez au devant des choses toujours!!! C’est très épuisant au début, cependant TRÈS nécessaire. En plus de l’anticipation, développer l’autonomie le plus tôt possible, dès 2 ans et développer des trucs utiles dans la routine, je focus là-dessus énormément pour qu’ils puissent être PLUS QUE PRÊTS lors du début scolaire afin d’éviter le manque d’autonomie. (J’ai appris, le 1ier est aucunement autonome). Mes filles (les 3 dernières) font entièrement le ménage de leurs chambres, elles plient le linge avec moi, vont le porter dans leurs commodes, servent et desservent la table, et plus… J’offre des récompenses simples « avant la tâche » plutôt que menacer si ce n’est pas fait. Il ne faut pas se sentir mal de leurs faire faire des tâches. Nos enfants aiment nous imiter dès le jeune âge et c’est un grand cadeau lors de l’entrée scolaire à 5-6ans de les voir avec l’autonomie nécessaire pour foncer dans cette société de fou 😉 C’est rassurant pour la suite des choses… Une partie de la mission accomplie!

        Merci d’avoir créer une communauté virtuelle sur le sujet, ce sont de telles initiatives qui permettront au gens atteints de près ou de loin par le TDAH, de voir qu’ils de sont pas seuls… En parler c’est important!

        SOFIE

  4. Ha lala! Oui la génétique! tout d’abord, un proverbe me vient à l’idée que je retiens depuis mon adolescence est… « Nous sommes toujours mauvais juge que ce que nous sommes nous même »…. Et c’est tout-à-fait vrai!

    Je suis maman de 4 enfants, dont 2 sont diagnostiqués TDAH… Mon premier un ado, bientôt 16 ans, TDA sévère sans hyperactivité, qui est le plus difficile des TDA à gérer. Hypo-actif (dans tout les sens) physiquement et mentalement, démotivation extrême, échecs à répétition, estime de soi bafouée, aucune médication efficace…Bref, extrêmement difficile!
    2ième…. Un petite fille de 8 ans, beaucoup plus brillante que le premier (sans vouloir dénigrer l’autre) toutefois hyper-active, hyper-émotive, qui s’arrache toutes les gales des bobos, anxieuse, etc…. Heureusement, le concerta arrive à améliorer la majorité des symptômes, merci mon Dieu!!!
    La différence entre elle et mon premier, l’un hypo et l’autre hyper… J’aime mieux ramener à la baisse que donner un coup-de-pied au derrière constamment, croyez-moi! On crois à tord le contraire…
    La 3ième ira en 1ière année l’an prochain et a plusieurs symptômes du TDAH, je la ferai évaluer dès le premier trimestre, surtout s’il y a problèmes scolaires car une chose que j’ai apprise est que, plus tôt ils sont pris en charge mieux c’est…. La 4ième, elle a 4 ans et elle semble la seule à s’en être sauvée 🙂

    Oui la génétique a toute sa place dans 80% des cas et un retour dans le passé s’impose pour les 2 parents afin de mieux cerner les troubles de nos enfants…
    Le premier, jamais de la vie je ne me serais reconnue à travers ses symptômes, mais la 2ième, ho lala! Identique! Mes hauts et bas d’émotivité, mes journées yo-yo, difficulté à retenir ma lecture, lunatique en classe et quand il y a manque de stimulation, insomnie, impulsivité (qui était très bénéfique en sport), coupe la parole, je fait tout par moi-même car les autres ne sont pas assez rapides alors que c’est moi le problème hihi j’en ris maintenant bien sûr! Aujourd’hui je suis médicamentée et très heureuse de l’être, tout est plus stable et facile à gérer. De plus, ça me permet de mieux comprendre mes enfants afin de les outiller pour qu’ils puissent gérer leurs symptômes du mieux qu’ils peuvent. Trucs simples… Pour le dodo des enfants anxieux, dormir avec un sac magique, lui donner un nom comme un ami très réconfortant ( ex; béké-bobo), ça fonctionne très bien pour mes enfants, je le faisais aussi adolescente. Aussi pour étudier, le faire avec de la musique, spécialement avec des écouteurs, ce qui diminue la distraction… et s.v.p ne jamais contrer l’anxiété en disant « tu verras tantôt! » dans le but de faire arrêter nos enfants de demander, l’anticipation est la clef et TOUJOURS répondre afin de calmer cette boule qui au fond ne cesse de prendre de l’énergie négative…

    Le TDAH n’est pas toujours négatif, il faut seulement trouver les moyens pour mieux vivre avec ce trouble et le plus possible essayer de trouver sa voie pour mieux canaliser cette énergie difficile à contrôler. Michael Phelps le nageurs est TDAH et heureusement a trouvé sa voie. L’inventeur des guichets pour les billets d’avion dans les aéroports est TDAH car il perdait souvent ses billets d’avion! Plusieurs autres personnalités comme vous devez le savoir se sont démarqués avec ce trouble….

    Selon mon médecin, il n’y a pas plus de TDAH qu’auparavant, il y a seulement plus de diagnostiques par la connaissance du trouble, c’est comme une société en parallèle de la normale, je n’aime pas dire ce mot mais disons plus « des gens qui n’ont pas le troubles, bon! » Alors dans cette optique, oui, la génétique fait son oeuvre et pour les génération à venir… Lorsqu’un enfant est diagnostiqué, un travaille sur soi s’impose…

    D’une TDAH en constante évolution à travers ses enfants 😉

    1. Merci Sofie, ton commentaire est très intéressant et plus que pertinent. Donc si je comprends, tu savais que ta cadette serait elle aussi prise avec ce diagnostic (vers quel âge?)? Et là à 6 ans, tu sais que ton 3e le sera sûrement? C’est sûr qu’avec une première expérience, on est plus alerte aux signes… mais des fois, je me trouve TROP alerte… j’en vois un peu partout ehehehhehe.

      Nous allons finalement attendre qu’il commence vraiment l’école (1ère année) pour déterminer avec la psy s’il y a présence d’une comorbidité. Le TDA de mon fils ainé ne me cause pas tellement de problème en fait, il réussi bien à l’école et il est un garçon charmant. Ce sont surtout les matins et le repas du soir qui sont moins intéressants mais bon, c’est de mieux en mieux alors je garde espoir ehhehehe.

      Tu me semble dynamique et très à l’aise dans tout cela, même avec 4 enfants dont plus de la moitié sont TDA(H)… ! Plusieurs d’entre-nous sommes découragés, à bout de souffle… quand ta pensée ne fonctionne pas de la même façon que ton enfant, c’est difficile de suivre et de comprendre. Merci de nous éclairer!! Je prends en note tes trucs 😉

      e.

      1. En fait la cadette est celle qui s’en sauvera je crois… Elle a 4 ans et a un comportement et humeur très stable contrairement aux autres.
        Selon mon médecin, la génétique s’estompe au fil de la fratrie, c’est-à-dire, le 1ier a le trouble plus fort, ma 2ième un peu moins fort et ainsi de suite. Dans mon cas c’est tout-à-fait vrai.

        C’est drôle ce que vous dites, que vous êtes très alerte et vous voyez des gens atteints… Moi aussi c’est pareil et tellement évident parfois!!!

        Mon garçon de 16 ans a été diagnostiqué en 2ième année et la vie est TRÈS difficile encore aujourd’hui. Ma deuxième, diagnostique en 1ière année, soit l’an passée, elle a maintenant 8 ans et elle fonctionne à merveille, elle est très brillante, entre 75 et 85 de moyenne en fin d’année! Merci au Concerta!

        Je comprend que vous soyez découragés et à bout de souffle… Ces enfants sont toutefois très fragiles, l’estime de soi est si important, nous nous devons de les comprendre et de se mettre à leurs places pour mieux intervenir. Je sais très bien que de répéter 10 fois la même chose chaque jour c’est pas chouette. L’anticipation est vraiment la clef! Prévoir les crises possibles, allez au devant des choses toujours!!! C’est très épuisant au début, cependant TRÈS nécessaire. En plus de l’anticipation, développer l’autonomie le plus tôt possible, dès 2 ans et développer des trucs utiles dans la routine, je focus là-dessus énormément pour qu’ils puissent être PLUS QUE PRÊTS lors du début scolaire afin d’éviter le manque d’autonomie. (J’ai appris, le 1ier est aucunement autonome). Mes filles (les 3 dernières) font entièrement le ménage de leurs chambres, elles plient le linge avec moi, vont le porter dans leurs commodes, servent et desservent la table, et plus… J’offre des récompenses simples « avant la tâche » plutôt que menacer si ce n’est pas fait. Il ne faut pas se sentir mal de leurs faire faire des tâches. Nos enfants aiment nous imiter dès le jeune âge et c’est un grand cadeau lors de l’entrée scolaire à 5-6ans de les voir avec l’autonomie nécessaire pour foncer dans cette société de fou 😉 C’est rassurant pour la suite des choses… Une partie de la mission accomplie!

        Merci d’avoir créer une communauté virtuelle sur le sujet, ce sont de telles initiatives qui permettront au gens atteints de près ou de loin par le TDAH, de voir qu’ils de sont pas seuls… En parler c’est important!

        SOFIE

  5. Mon fils à été diagnostiqué TDAH et avec possibilité de SGT. Ce qui expliquerait sa rigidité (intransigeant), il défit constamment (parents, profs, frère,..), N’aime pas quand les choses sont différentes (changement de routine), anxieux (se ronge les ongles,…). Il ne veut pas quitter la maison pour aller faire des activités (cinéma, promenades,…). Il veut toujours rester chez nous ou dans notre quartier. Ça le rassure.

    Ce qui m’exaspère le plus c’est qu’il nous défit constamment. Il conteste les plus petite et insignifiante demandes (ex.: Va te laver les mains, s.v.p…. »Pourquoi? Je les ai déjà lavées tantôt! Dis-moi pourquoi je dois les laver quand je les ais lavé tantôt?…).

    Je vous jure que je suis sur le bord de la crise de nerf car c’est presque à chaque fois que je lui demande quelques chose, qu’il conteste et argumentent.
    Je suis rendu à un point ou je n’ai plus envie de lui parler.

    La neuropsychologue nous dit que nous devons lui dire que nous ne sommes pas obligés de tout expliquer et que s’il rouspète encore, qu’il ira en période de réflexion. Plus facile a dire qu’a faire.

    Un petit site intéressant : http://www.cerc-neuropsy.com/services/services-de-neuropsychologie/troubles-d-opposition-delinquance-troubles-du-comportement

  6. Mon fils à été diagnostiqué TDAH et avec possibilité de SGT. Ce qui expliquerait sa rigidité (intransigeant), il défit constamment (parents, profs, frère,..), N’aime pas quand les choses sont différentes (changement de routine), anxieux (se ronge les ongles,…). Il ne veut pas quitter la maison pour aller faire des activités (cinéma, promenades,…). Il veut toujours rester chez nous ou dans notre quartier. Ça le rassure.

    Ce qui m’exaspère le plus c’est qu’il nous défit constamment. Il conteste les plus petite et insignifiante demandes (ex.: Va te laver les mains, s.v.p…. »Pourquoi? Je les ai déjà lavées tantôt! Dis-moi pourquoi je dois les laver quand je les ais lavé tantôt?…).

    Je vous jure que je suis sur le bord de la crise de nerf car c’est presque à chaque fois que je lui demande quelques chose, qu’il conteste et argumentent.
    Je suis rendu à un point ou je n’ai plus envie de lui parler.

    La neuropsychologue nous dit que nous devons lui dire que nous ne sommes pas obligés de tout expliquer et que s’il rouspète encore, qu’il ira en période de réflexion. Plus facile a dire qu’a faire.

    Un petit site intéressant : http://www.cerc-neuropsy.com/services/services-de-neuropsychologie/troubles-d-opposition-delinquance-troubles-du-comportement

  7. Je croirais m’entendre! Mon fils de 9 ans est TDAH, diagnostiqué en 1re année. À la suite de cette découverte, mon conjoint a fait l’évaluation car trop de comportements de notre grand garçon lui rappelait sa propre enfance: TDAH aussi. Mon bébé (5 ans) entrera à la maternelle en août et me fait penser au vôtre concernant le plaisir que lui procure le fait de défier. On dirait qu’il cherche constamment une raison de nous provoquer; nous avons souvent l’impression de marcher sur des oeufs avec lui. Moi aussi je m’inquiète pour lui : TDAH? des fois oui, des fois non; il n’écoute rien, comme son frère, il est facile à distraire, il est inépuisable, mais je me demande toujours si c’est réel ou si c’est juste parce qu’il copie son frère. Je mise un peu sur l’école pour y voir plus clair…

    Je sais aussi que le gène de TDAH est un des gènes les plus facilement transmissibles (80%) alors je ne me fait pas trop d’idée, mais j’espère tout de même que ce sera plus facile….

    La neuropsychologue que je rencontre pour mon grand garçon, afin de voir pourquoi un enfant aussi intelligent est incapable de retenir l’orthographe d’usage de mots simples (eh oui, on soupçonne maintenant de la dysortographie), me disait que pour mon plus jeune, considérant nos antécédents familiaux, notre pédiatre accepterait probablement de prescrire une médication, sans évaluation, s’il éprouvait des problèmes semblables à son frère à l’école.

    Peut-être devriez-vous en parler à votre pédiatre?

    Tout compte fait, vivre le TDAH en famille et merci de nous interpeller! Ensemble, c’est moins difficile…

    1. Bonsoir et merci pour vos bons mots!!
      C’est vraiment intéressant ce que vous dites… l’effet de mimétisme peut effectivement expliquer certains comportements ou du moins, permettre d’établir un certain lien. Je le constate assez fortement avec mon petit dernier (3 ans) qui est en plein dans cette phase. Pourtant, je n’arrive pas à lier les 2… mon fils ainé a toujours été un garçon sensible, aimable, de bonne humeur, affectueux et agréable. J’aime profondément mon fils de 6 ans mais il y a toujours eu ce petit quelque chose qui nous fait grincer des dents… surtout le sourire baveux qui me fait croire qu’il ne se rend pas compte… je vais en parler à sa pédiatre mais je ne crois pas que j’irais jusqu’à le faire médicamenter sans avoir la certitude… sans avoir un diagnostic mesuré et documenté. J’ai tellement lu d’articles qui disaient que plusieurs diagnostics de TDAH avaient été faits sur un coin de table que j’ai comme une phobie de sauter trop rapidement aux conclusions… même si c’est un médecin compétent et informé sur le sujet… mais chose certaine, je vais lui en parler et continuer de me documenter.

      Merci encore!!

  8. Je croirais m’entendre! Mon fils de 9 ans est TDAH, diagnostiqué en 1re année. À la suite de cette découverte, mon conjoint a fait l’évaluation car trop de comportements de notre grand garçon lui rappelait sa propre enfance: TDAH aussi. Mon bébé (5 ans) entrera à la maternelle en août et me fait penser au vôtre concernant le plaisir que lui procure le fait de défier. On dirait qu’il cherche constamment une raison de nous provoquer; nous avons souvent l’impression de marcher sur des oeufs avec lui. Moi aussi je m’inquiète pour lui : TDAH? des fois oui, des fois non; il n’écoute rien, comme son frère, il est facile à distraire, il est inépuisable, mais je me demande toujours si c’est réel ou si c’est juste parce qu’il copie son frère. Je mise un peu sur l’école pour y voir plus clair…

    Je sais aussi que le gène de TDAH est un des gènes les plus facilement transmissibles (80%) alors je ne me fait pas trop d’idée, mais j’espère tout de même que ce sera plus facile….

    La neuropsychologue que je rencontre pour mon grand garçon, afin de voir pourquoi un enfant aussi intelligent est incapable de retenir l’orthographe d’usage de mots simples (eh oui, on soupçonne maintenant de la dysortographie), me disait que pour mon plus jeune, considérant nos antécédents familiaux, notre pédiatre accepterait probablement de prescrire une médication, sans évaluation, s’il éprouvait des problèmes semblables à son frère à l’école.

    Peut-être devriez-vous en parler à votre pédiatre?

    Tout compte fait, vivre le TDAH en famille et merci de nous interpeller! Ensemble, c’est moins difficile…

    1. Bonsoir et merci pour vos bons mots!!
      C’est vraiment intéressant ce que vous dites… l’effet de mimétisme peut effectivement expliquer certains comportements ou du moins, permettre d’établir un certain lien. Je le constate assez fortement avec mon petit dernier (3 ans) qui est en plein dans cette phase. Pourtant, je n’arrive pas à lier les 2… mon fils ainé a toujours été un garçon sensible, aimable, de bonne humeur, affectueux et agréable. J’aime profondément mon fils de 6 ans mais il y a toujours eu ce petit quelque chose qui nous fait grincer des dents… surtout le sourire baveux qui me fait croire qu’il ne se rend pas compte… je vais en parler à sa pédiatre mais je ne crois pas que j’irais jusqu’à le faire médicamenter sans avoir la certitude… sans avoir un diagnostic mesuré et documenté. J’ai tellement lu d’articles qui disaient que plusieurs diagnostics de TDAH avaient été faits sur un coin de table que j’ai comme une phobie de sauter trop rapidement aux conclusions… même si c’est un médecin compétent et informé sur le sujet… mais chose certaine, je vais lui en parler et continuer de me documenter.

      Merci encore!!

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils