Vous êtes ici
Accueil > TDAH chez l’enfant > L’anxiété de performance

L’anxiété de performance

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

A7DC814938

La semaine dernière j’ai reçu un courriel de la TES de l’école de mon fils.  Elle m’informait qu’elle avait dû faire une intervention auprès de mon fils.  En plein examen du ministère, trop anxieux, il dérangeait autour de lui parce qu’il s’imaginait ne pas être à la hauteur de l’examen.  Il a verbalisé à tout le monde son incapacité face à cet examen, s’est attribué des zéros à chacune des questions et sans le vouloir, a déversé son angoisse sur tous les élèves de la classe.  Il a été sorti, puis isolé pour terminer l’examen. C’était la première fois qu’il vivait une telle anxiété face à un examen.  Il a généralement de très bons résultats et ne devrait pas s’inquiéter outre mesure. Mais il a ce qu’on appelle, une anxiété de performance.  Il n’est jamais satisfait de sa performance, même quand il excelle.  En voyant son résultat en mathématiques il y a quelques mois, je l’ai félicité.  Il m’a alors dit que sa note était poche (95%). J’ai aussi rétorqué qu’au contraire, c’était e-x-c-e-l-l-e-n-t, que moi-même je n’avais pas de telles notes au primaire…!! Il aurait voulu avoir 100%… je ne lui demande pourtant pas d’avoir de si bons résultats.

Dans un article du magazine ENFANT QUÉBEC on écrit que « L’enfant qui souffre d’anxiété de performance redoute toutes les formes d’évaluation et les situations dans lesquelles il pourrait échouer, ou se sentir jugé ou critiqué, explique Danielle Noreau. Le problème, c’est que l’enfant est persuadé que le fait de réussir ou de rater une tâche donnée pourrait affecter sa valeur en tant qu’individu, ce qui entraîne un niveau de stress démesuré dans toutes les tâches qui sont notées ou qui exigent une performance. »

L’anxiété chez fiston n’est pas nouvelle.  Mais c’est la toute première fois qu’elle gravit les marches de la performance et ça m’inquiète. Les maux de ventre étaient monnaie courante en classe, particulièrement cette année.  Mais nous avions attribué ceux-ci au stress de la maison, pas à une anxiété vécue à l’école.  L’article fait également état de l’importance de consulter lorsque notre enfant a des troubles physiologiques résultants de l’anxiété car celle-ci pourrait mener à la dépression.  🙁

Mais pourquoi diable est-il si anxieux?

C’est sûr qu’en étant soit-même anxieux comme parent, en vivant des stress au quotidien, on n’échappe pas à la transmission/captation de cette anxiété à l’enfant.  « Mais l’influence de la famille n’explique pas tout. La pression peut aussi venir des amis, des enseignants ou carrément du milieu, ultra compétitif. »  Notre société est très compétitive… c’est vrai.  Nous comme adultes, nous avons parfois beaucoup de mal à y faire face, alors imaginez nos enfants qui ont encore beaucoup d’outils à aller chercher!!!

Des solutions?

Dans l’article, on propose quelques pistes de solutions :

 

  • Expliquez-lui ce qui lui arrive en nommant ce qu’il vit.
  • Remettez sa perception en perspective. L’enfant peut croire à tort que les gens intelligents ne font pas d’erreurs, par exemple.
  • Fixez des objectifs réalistes pour son âge et ses capacités.
  • Aidez votre petit perfectionniste à identifier ses « extra-efforts » et à les éviter.
  • S’il a tendance à procrastiner, apprenez-lui à organiser son travail et ne l’autorisez pas à jouer ou à regarder la télévision durant la période consacrée aux devoirs.
  • Invitez-le à prendre de grandes respirations, à établir une routine ou à utiliser une balle antistress pour se calmer.

Voici une petite suggestion de lecture…

Source :

Attention à l’anxiété de performanceEnfants Québec, mai-juin 2015

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils