Vous êtes ici
Accueil > Comprendre > Accepter > La maison qui rend fou

La maison qui rend fou

Comme vous le savez déjà, j’ai trois fils.  L’un a obtenu son diagnostic de TDA Mixte en 2009 et ce blogue a été créé suite à cette annonce.  Puis, est venu l’évaluation du deuxième fiston en 2012.  Avec lui, nous avons découvert les comorbidités et expérimenté une type plus rare de TDAH (5%) la combinaison impulsivité et hyperactivité.  Quant au 3e, celui pour lequel nous fondons de grands espoirs de « normalité », nous avons dû nous rendre à l’évidence que celui-ci démontrait également plusieurs signes de TDAH.  Nous avons donc décidé de le faire évaluer en neuropsy.

Le diagnostic est finalement tombé en décembre dernier : pas de déficit d’attention.  J’étais ravie bien sûr, mais j’allais aussi être troublée par l’hypothèse que l’on me présenta : une hypothèse de dysphasie.

Cette maison qui rend fou

maison2Comme dans les douze travaux d’Astérix, je suis repartie de cette rencontre avec pour mission d’obtenir un nouveau diagnostic, probablement celui de la dysphasie qu’il fallait faire valider par un orthophoniste.  Quelques coups de téléphone et j’ai appris qu’une évaluation en orthophonie allait me coûter 900$ supplémentaire. On avait également suggéré de faire évaluer l’audition périphérique.  J’ai donc prit rendez-vous avec le pédiatre qui à son tour nous a référé en audiologie à l’hôpital du secteur.

Puis, nous avons fait l’annonce de la dite hypothèse à l’équipe-école composée de l’enseignante, de la TES et de l’éducatrice du service de garde.  L’équipe s’est vu surprise du diagnostic avancé.  J’ai demandé si l’orthophoniste de l’école pouvait valider l’hypothèse et l’enseignante a fait une demande d’évaluation.  La TES m’a également suggéré d’aller chercher une contre-expertise sur l’évaluation de fiston.

J’ai donc transmis l’évaluation à une psychologue qui a conclu, à la lecture de l’évaluation, que les signes présentés ainsi que les résultats ressemblaient davantage à des signes d’anxiété.  Nous avons déjà un enfant avec un trouble anxieux et fiston présentait effectivement quelques comportements anxieux. Nous pensions que ça y était enfin… on nous a alors recommandé de consulter en psychoéducation pour avoir des outils pour aider à vaincre les signes d’anxiété.

La psychoéducatrice, suite à une prise de besoins et à une discussion avec la psychologue a proposé d’aller observer fiston en classe question de valider si l’anxiété était bien au coeur du problème.  Puis, elle a rencontré fiston et a procédé à une petite évaluation.  Elle n’a pas observé d’anxiété.  Étant spécialisée en intervention TSA, elle a reconnu quelques signes chez notre fiston… et a proposé de procéder à une évaluation TSA (Asperger).  Nous avons transmis les questionnaires à l’équipe-école.  Nous avons jeté un oeil sur les questionnaires-parents et nous n’y reconnaissions pas notre fils… le coeur en miettes, nous avons décidé de tout abandonner et de l’accepter tel qu’il est. Inquiète, l’équipe-école a demandé à la psychologue de l’école d’intervenir.

Puis, nous avons reçu l’appel de l’orthophoniste de l’école.  Elle allait procéder à l’évaluation de fiston (bonheur indescriptible).  Quelques semaines plus tard, nous l’avons rencontré.    Elle nous a alors confirmé que nous n’avions pas affaire à une dysphasie (yeah!) mais qu’il y avait visiblement quelque chose.  Pour elle, ça ressemblait à du TDAH puisqu’il avait quelques signes d’égarement et que fiston avait beaucoup de mal avec son accès lexical.  Mais ses soupçons penchaient davantage vers un problème d’audition centrale; retour chez le pédiatre.

Puis, nous avons discuté avec la psychologue de l’école qui elle aussi avait une hypothèse :  un comportement inhibé. À discuter avec le pédiatre. Ce sera probablement la prochaine direction que nous prendrons si aucune atteinte de l’audition centrale n’est observée. Tout cela pour risquer finalement de revenir à l’hypothèse de départ… le TDAH.

N’allez pas croire que mon cas est unique… non.  Plusieurs familles sont prises dans la même maison que nous, toujours à la recherche du fameux diagnostic.  Plusieurs abandonnent faute de moyens, d’autres se rallient à l’évaluation de l’école ou encore, poursuivent leur démarches en vidant leurs poches.  Que doit-on en penser? Que pouvons-nous faire? Comme parents, nous sommes souvent bousculés d’un côté ou de l’autre… on nous rencontre, on observe l’enfant, on nous fait compléter des questionnaires, on se questionne, on réfère à une autre spécialiste… puis on pleure… on se demande pourquoi nous, pourquoi notre enfant doit subir tout ça.  On se demande où on trouvera l’argent… comment on y arrivera.  Puis, la route change à nouveau… on pense voir la lumière au bout du chemin et paf, on frappe encore un mur.  J’en ai marre de cette maison qui rend fou!!!!

 

Eloïse
Fondatrice et blogueuse at

Fondatrice et blogueuse principale sur Famille TDAH. Eloïse est aussi entrepreneure, passionnée de web et maman de 3 garçons dont 2 d'entre-eux sont directement touchés par le TDAH.

6 thoughts on “La maison qui rend fou

  1. Je te comprend tellement, je te trouve tellement courageuse j`ai seulement un garçon et desfois j`ai le gout de laisser aller la vie, mais je dois poursuivre parce que il n`a pas demandé à être avec tous ses troubles.
    Petite histoire: Un jour mon garçon m`a dit qu`il voulait être gouvernement plus tard.«  À oui pour qu`elle raison «  Il me répond qu`il inventerait une nouvelle loi que les enfants ne serait pas obliger d`aller à l`école. Il a 8 ans. Il ne faut pas lâcher.

  2. Je te comprend tellement, je te trouve tellement courageuse j`ai seulement un garçon et desfois j`ai le gout de laisser aller la vie, mais je dois poursuivre parce que il n`a pas demandé à être avec tous ses troubles.
    Petite histoire: Un jour mon garçon m`a dit qu`il voulait être gouvernement plus tard.«  À oui pour qu`elle raison «  Il me répond qu`il inventerait une nouvelle loi que les enfants ne serait pas obliger d`aller à l`école. Il a 8 ans. Il ne faut pas lâcher.

  3. Moi aussi je vis avec un enfant pour qui tout les diagnostiques ne s’entendent pas. Je suis sur une liste d’attente. .. on m’a dit que ça peut prendre jusqu’à 2 ans. Ma pile d’évaluations est énorme : ergothérapie, orthophonie, orthopédagogue, psychologue, pédiatre, test auditif, t’est visuel… on en est à la neuropsychologie. Beaucoup de temps de maman car sinon fiston serait en échec scolaire. Beaucoup de cahier de travaux à terminer à la maison car il ne comprend pas les directives en classe. Beaucoup de soutien pour peu de résultats. .. mais maudine qu’on l’aime ! !!!

  4. Moi aussi je vis avec un enfant pour qui tout les diagnostiques ne s’entendent pas. Je suis sur une liste d’attente. .. on m’a dit que ça peut prendre jusqu’à 2 ans. Ma pile d’évaluations est énorme : ergothérapie, orthophonie, orthopédagogue, psychologue, pédiatre, test auditif, t’est visuel… on en est à la neuropsychologie. Beaucoup de temps de maman car sinon fiston serait en échec scolaire. Beaucoup de cahier de travaux à terminer à la maison car il ne comprend pas les directives en classe. Beaucoup de soutien pour peu de résultats. .. mais maudine qu’on l’aime ! !!!

  5. Tu vois Éloïse, moi ce n’est pas la maison qui rend fou! C’est le foutu système de santé qui fait barouéter nos enfants d’une place à l’autre et faisant en sorte qu’on est aussi essoufflé que mal orienté avec tout ses supposés diagnostiques qu’eux même ne sont même ps certain. Comment nos enfants peuvent ils traverser tout ça en leurs demandant de préformer à l’école en plus de manquer souvent leur cours pour des rendez vous qui finissent plus. En plus de leurs troubles. Moi ma fille qui n’arrête pas de dire qu’elle a hâte d’être une adulte pour plus prendre ses médicaments pis elle pourra faire enfin ce qu’elle veut. Elle a juste 8 ans et déjà elle en a marre. Imagine. Nous on capote mais eux vivent la situation. Tout ça pourquoi??? Parce que la société exige que les enfants doivent être performant sinon ils vont finir dans la rue? Nous on avaient les même problemes qu’eux et on a très bien réussi. Des fois j’ai juste envie de tout planter là et de la laisser être un enfant simplement. Pis si les profs ne sont pas satisfait ben ils trouveront leurs spécialistes et ils s’en occuperont. Ah mais non j’y pense ils viennent de couper 250 postes de specialistes dans les écoles. Ahhhh une chose est certain un jour ils vont réussir leurs vies pareil.

  6. Je vous trouve très courageuse. Il ne faut pas lâcher. .. mais il faut savoir lâcher prise… pas facile! Courage! On lit tout l’amour que vous avez pour vos enfants.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils