Vous êtes ici
Accueil > TDAH chez l’enfant > Février, à bout de souffle

Février, à bout de souffle

Hier soir avait lieu notre second rendez-vous de la cellule d’entraide. J’aime beaucoup ces rendez-vous où nous nous ouvrons sur notre vie de famille, sur nos moments « coup de coeur » mais aussi sur nos coups de gueule. Souvent, on a l’impression d’être seul au monde à vivre ainsi, à avoir des matins chaotiques, à être la seule famille où les parents s’époumonent à crier ou à répéter sans cesse les mêmes consignes. Le seul endroit sur terre où les enfants épuisent les parents et tous les adultes qui gravitent autour d’eux.  On a l’impression de faire preuve d’une impatience démesurée, d’impulsivité et d’une certaine perte de contrôle, on est littéralement à la dérive comme parent et comme personne.  Oui, comme individu et comme adulte parce que nos compétences sont directement reliées à nos valeurs.  On a vraiment l’impression d’être ‘poche’ comme parent… c’est comme avoir à traverser une rivière à contre-courant, on sait bien nager, d’autres y arrivent et une fois dans l’eau, c’est la galère, on n’avance pas, on se laisse emporter par le courant… et vous savez quoi? Certains abandonnent et se laissent emporter… ils sont à bout de souffle.

Ben oui, à bout de souffle… parce que les problèmes perdurent? Parce que toutes les pistes de solutions n’aboutissent pas…? Parce que notre moral est à plat comme à toutes les fins d’hiver? Parce que tous nos efforts sont vains? Parce qu’un moment donné, quand tu te donnes ainsi, tu finis par te vider?

Je comprends mieux pourquoi la St-Valentin est en février, parce que lorsqu’il arrive ce mois, qu’on soit parent d’un enfant différent ou pas, on est à plat.  La St-Valentin nous rappelle qu’il faut prendre du temps pour soi et pour son couple.  Se rappeler de dire je t’aime, malgré le froid, la noirceur de nos journées et malgré le nombre d’années qui nous unis.  Il est important de souligner notre amour, une famille c’est avant tout le fruit de cet amour qui nous a d’abord unis, non?

Hier soir, j’ai vu des parents qui comme moi, sont à bout de souffle puis du coup, ça m’a rappelé le premier livre qui m’avait été recommandé lors de l’annonce du diagnostic de mon fils : Ces parents à bout de souffle de Suzanne Lavigueur.  Ce livre, j’aurais dû le lire depuis les tout débuts… bien sûr, en consultant et en faisant évaluer mon fils, je me croyais à bout de souffle, à bout de moyens… ben c’était faux.  C’est quand on est en plein dedans, avec diagnostic en poche et avec médication qu’on est à bout de souffle… on est usés. Avant de s’effacer complétement, prenez donc du temps pour vous, pour votre couple, vous retrouver entre adultes et changer d’air! Vous en avez besoin et ça fera le plus grand bien à vos enfants d’avoir des parents heureux, croyez-moi!

Profitez de cette St-Valentin, faites plaisir et faites-vous plaisir, vous le méritez tellement!

Eloïse
Fondatrice et blogueuse at

Fondatrice et blogueuse principale sur Famille TDAH. Eloïse est aussi entrepreneure, passionnée de web et maman de 3 garçons dont 2 d'entre-eux sont directement touchés par le TDAH.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils