Vous êtes ici
Accueil > Vie à l'école > Communication parent-école, une collaboration essentielle

Communication parent-école, une collaboration essentielle

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

COLLABORATION SPÉCIALE : Voici un premier billet rédigé par une maman, fidèle abonnée de notre blogue.

par  Nadine Thouin

536786_10151286225471281_1781972006_nJe me permets de partager avec vous ce que mon expérience m’a permis d’apprendre et de réaliser, et qui je crois pourrait aider certains parents, qui appréhendent les relations parents/enfants/école suite à un diagnostic de TDAH.

Selon moi, il est préférable de ne pas se faire d’idées préconçues face à l’école. Mon expérience me permet de dire qu’il est très rare que l’école (direction, enseignants et professionnels) ne veut autre chose que d’aider votre enfant dans ses apprentissages.

 

Je collabore, ils collaborent, nous collaborons

Il est important d’établir un bon lien de communication avec l’école. Ce lien sera important pour vous, pour eux et pour votre enfant. Il est important d’être présent lors des rencontres parents/enseignants ou parents/école. Être à leur écoute et partager vos expériences avec eux peut les aider à déterminer la meilleure approche à prendre avec votre enfant. Ne sommes-nous pas les meilleures personnes pour les conseiller? Personne ne connait mieux notre enfant que nous. Nos expériences avec eux nous ont permises de développer des outils et des trucs pour améliorer certaines situations. Faites-leur un compte-rendu des rendez-vous chez le médecin. Informez-les des démarches que vous avez entreprises ou que vous prévoyez faire.

Soyez ouverts à leurs suggestions, n’hésitez pas à les appuyer, il est possible que leur première approche ne soit pas la meilleure avec votre enfant, mais cela ne veux pas dire qu’ils sont incompétents ou qu’ils ne veulent pas aider votre enfant. C’est là que nous devons comme parent intervenir, car nous sommes souvent la voix de notre enfant. C’est notre rôle de les informer qu’une approche n’est pas idéale, que vous avez déjà tenté cette avenue, qu’elle va à l’encontre de vos valeurs ou qu’elle pourrait nuire aux règles déjà établies à la maison. Soyez ouverts à leurs commentaires et soyez toujours constructifs dans les vôtres. Il ne sert à rien de se lancer la balle ou de critiquer, ayez toujours en tête qu’ils veulent tout comme vous le meilleur pour votre enfant.

Je sais que nous sommes souvent dépassés face aux problèmes auxquels nous devons faire face à la maison et qu’il est normal d’avoir l’impression qu’ils voudraient que nous réglions aussi ceux de l’école, mais c’est rarement le cas. Plus nous sommes présents pour nos enfants, plus ils pourront progresser.

Il nous arrive parfois de ne pas comprendre pourquoi aujourd’hui ou cette semaine notre enfant a un comportement inhabituel! Et si la cause serait reliée à l’école! Comment pouvons-nous faire le lien si la communication est inadéquate? Mais si l’école prenait le temps de communiquer avec nous? Imaginez ceci : En arrivant de l’école ce soir, fiston grogne, ne collabore aucunement avec vous, il est difficile, s’en prend à la fratrie! Vous allez probablement vous demander qu’elle mouche l’a piqué! Et si l’école communiquait avec vous pour vous dire qu’il s’est passé une situation difficile à gérer pour votre enfant à l’école (ex : une bagarre entre un élève de la classe et son meilleur copain ou un échec difficile à accepter pour votre enfant) n’apprécieriez-vous pas d’avoir été informé afin de pouvoir revenir à la normale rapidement.

S’il se passe quelque chose à la maison qui risque d’affecter son attention en classe, son comportement avec les autres, n’hésitez pas à communiquer avec l’école et à les informer. Cela pourrait leur permettre de désamorcer une situation plus rapidement ou plus efficacement. Il y a de fortes chances qu’ils seront portés à faire de même

Une de mes réalisations donc je suis la plus fière est d’avoir fait comprendre à la direction de l’école de mon fils que les suspensions externes étaient inacceptables en plus d’être inutiles et nuisibles. Quel enfant ne désire pas une journée de congé? Ce n’est pas une conséquence logique et encore moins efficace, sauf si, le parent ce charge de discipliner sont enfant pour une action commise à l’école! Je leur ai plutôt suggéré une suspension à l’interne, les retenues, des privations de sortie de groupe et même d’aller à l’école un samedi ou une journée de congé. Vous auriez rit de voir le visage de mon fils et de la direction.

J’ai du me rendre souvent à l’école de mon fils pour des problèmes académiques et/ou de comportement. Il n’était pas le seul à avoir des difficultés puisqu’il était dans une classe spéciale. Mais j’ai été étonnée de voir le peu de parents à se présenter lors des remises de bulletin et de me faire dire « merci » par la direction et le corps enseignant parce que je me présentais lors des convocations ou pour les plans d’intervention. Plusieurs parents ne participent pas ou ne se présentent pas aux convocations. Certain seront portés à penser que ce n’est pas leurs problèmes et que lorsque nous faisons face à des problèmes à la maison nous ne leurs demandons pas leur collaboration. Il est vrai que nous n’avons pas à intervenir à l’école, mais nous pouvons collaborer afin de les aider à établir un plan de match qui sera avantageux pour notre enfant. De leur coté, ils pourront essayer de nous trouver de l’aide (orthopédagogue, psycho-éducateur etc.) ou un suivi auprès de notre C.L.S.C. Avec notre participation, il leur sera plus facile d’obtenir des services pour notre enfant (si besoin il y a) s’il y a collaboration des parents.

Donc mon conseil, soyez présents à l’école, maintenir le lien de communication avec l’école, supporter votre enfant et l’école. Ainsi, vous formerez une équipe du tonnerre.

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

12 thoughts on “Communication parent-école, une collaboration essentielle

  1. Bonjour, mon fils est en deuxième année du primaire il a été diagnostiqué en 1ère année TDAH avec opposition. Il prend du Bifentin 10mg car le 15mg ne lui fait pas trop de pensée négative. Il allait plutôt bien et a d’assez bonne notes (95 en math). Mais depuis la semaine de relâche c’est le bordel selon son école. à la maison il est plus difficile mais j’arrive à gérer (seule). Mais dès qu’un problème surgit la direction m’appelle pour venir chercher mon garçon qui est hors contrôle. Hors contrôle = n’écoute pas et est en crise (s’enfuit de son local, se cache, lance des objet par terre, crayon, efface, cahier). Il doit se calmer avant de recevoir une réprimande sinon ça empire la situation ( c’est dans le plan d’intervention). Je collabore beaucoup avec l’école mais j’ai l’impression qu’il me prenne en otage. À chaque fois je vais chercher mon ti-homme il est calme et à beaucoup de regret. Je dis pas que c’est pas nécessaire que j’intervienne mais on dirais qu’ils ne veulent pas faire d’efforts. Il a aucune rencontre avec la psychoéducatrice a part quand il est en crise, ni le psychologue de l’école qu’on ne voit jamais d’ailleurs. On me souspçonne même de jouer avec la médication de mon fils car nous avons essayer de haussé la dose (recommander par l’école) avec l’accord de de son médecin mais vu les pensées de plus en plus négatives j’ai décidé de parler à son médecin et de diminuer la dose. Je comprend pas vraiment. L’été il va au camp de jour tout le temps et bizarrement une réprimande durant deux étés et il ne m’ont pas appelé pour venir le chercher. Il l’ont mis en retrait et il s’est calmé. Mais à l’école on dirait qu’il n’ont pas de patience ou veulent pas s’en occuppé. Ils me laissent aussi aucune occasion de rencontre C’est tel date, tel heure. Si tu peux pas ben il vont te le remettre sur le nez… (comme vous avez pas voulu être là au plan d’intervention) hum j’ai un travail et le papa aussi. On pourrais peut-être demandé notre avis à nous aussi avant de prévoir une date. Est-ce que je me sans abandonnée? Je le crois.

  2. Bonjour, mon fils est en deuxième année du primaire il a été diagnostiqué en 1ère année TDAH avec opposition. Il prend du Bifentin 10mg car le 15mg ne lui fait pas trop de pensée négative. Il allait plutôt bien et a d’assez bonne notes (95 en math). Mais depuis la semaine de relâche c’est le bordel selon son école. à la maison il est plus difficile mais j’arrive à gérer (seule). Mais dès qu’un problème surgit la direction m’appelle pour venir chercher mon garçon qui est hors contrôle. Hors contrôle = n’écoute pas et est en crise (s’enfuit de son local, se cache, lance des objet par terre, crayon, efface, cahier). Il doit se calmer avant de recevoir une réprimande sinon ça empire la situation ( c’est dans le plan d’intervention). Je collabore beaucoup avec l’école mais j’ai l’impression qu’il me prenne en otage. À chaque fois je vais chercher mon ti-homme il est calme et à beaucoup de regret. Je dis pas que c’est pas nécessaire que j’intervienne mais on dirais qu’ils ne veulent pas faire d’efforts. Il a aucune rencontre avec la psychoéducatrice a part quand il est en crise, ni le psychologue de l’école qu’on ne voit jamais d’ailleurs. On me souspçonne même de jouer avec la médication de mon fils car nous avons essayer de haussé la dose (recommander par l’école) avec l’accord de de son médecin mais vu les pensées de plus en plus négatives j’ai décidé de parler à son médecin et de diminuer la dose. Je comprend pas vraiment. L’été il va au camp de jour tout le temps et bizarrement une réprimande durant deux étés et il ne m’ont pas appelé pour venir le chercher. Il l’ont mis en retrait et il s’est calmé. Mais à l’école on dirait qu’il n’ont pas de patience ou veulent pas s’en occuppé. Ils me laissent aussi aucune occasion de rencontre C’est tel date, tel heure. Si tu peux pas ben il vont te le remettre sur le nez… (comme vous avez pas voulu être là au plan d’intervention) hum j’ai un travail et le papa aussi. On pourrais peut-être demandé notre avis à nous aussi avant de prévoir une date. Est-ce que je me sans abandonnée? Je le crois.

  3. Bonsoir,

    Mon fils à un tdah il a été diagnostiqué à l âge de 5 ans, il a bénéficié d’une Avsi qui le punissait sans arrêt car il avait des difficultés à finir ces devoirs a l école primaire. Mon fils ne voulais plus allé à l école, car il était punit. J’ai changer d’école et dans la nouvelle école ils ont estimé qu il n avait plus besoin d’une auxiliaire de vie. Ces résultats scolaire n’était pas très brillant. Cependant il est entrée en 6eme, il faut savoir qu il prenait du concerta jusqu au cm1 et comme celui-ci ne faisait plus effet le professeur qui le suivait à tout arrête. Je disait donc qu il est entrée en 6eme et se qui devait arrivé arriva, les croix se sont accumulé sur son carnet de correspondance. 1 h de cours = 1 ligne, contrôle non fait, devoirs non fait et j en passe. Mon fils est totalement perdu. Je ne sais plus comment faire pour l aider car il est difficile de reprendre avec aucun support, paraît il que les profs sont très surchargé de travail, ils ne peuvent s attarder sur mon fils. Comment pourrai je l aider avez vous vécu une expérience similaire.
    Merci de me faire par de vos expériences.

  4. Bonsoir,

    Mon fils à un tdah il a été diagnostiqué à l âge de 5 ans, il a bénéficié d’une Avsi qui le punissait sans arrêt car il avait des difficultés à finir ces devoirs a l école primaire. Mon fils ne voulais plus allé à l école, car il était punit. J’ai changer d’école et dans la nouvelle école ils ont estimé qu il n avait plus besoin d’une auxiliaire de vie. Ces résultats scolaire n’était pas très brillant. Cependant il est entrée en 6eme, il faut savoir qu il prenait du concerta jusqu au cm1 et comme celui-ci ne faisait plus effet le professeur qui le suivait à tout arrête. Je disait donc qu il est entrée en 6eme et se qui devait arrivé arriva, les croix se sont accumulé sur son carnet de correspondance. 1 h de cours = 1 ligne, contrôle non fait, devoirs non fait et j en passe. Mon fils est totalement perdu. Je ne sais plus comment faire pour l aider car il est difficile de reprendre avec aucun support, paraît il que les profs sont très surchargé de travail, ils ne peuvent s attarder sur mon fils. Comment pourrai je l aider avez vous vécu une expérience similaire.
    Merci de me faire par de vos expériences.

  5. 100% avec vous! mais moi on m’a gentiment répondu : – j’ai pas le temps !
    il est pas le seul qui a besoin d’attention. Je le sais bien …………… mais c’est de mon fils qu’on parle celui qui le soir arrive pas à s’endormir qui chicane sans arrêt sa soeur et qui nous fait péter un plomb.

  6. 100% avec vous! mais moi on m’a gentiment répondu : – j’ai pas le temps !
    il est pas le seul qui a besoin d’attention. Je le sais bien …………… mais c’est de mon fils qu’on parle celui qui le soir arrive pas à s’endormir qui chicane sans arrêt sa soeur et qui nous fait péter un plomb.

  7. Je partage votre opinion et suis en ce moment en processus avec la direction pour faire passer mon fils de la classe régulière en classe spéciale SAUF qu’à notre grand désarroi il est suspendu de sa classe régulière depuis le retour en classe le 8 janvier . L’école m’ayant offert un demi-temps. Il passe donc ces avant-midi à l’école. Pas de retour en pm,. jusqu à ce que nous ayons une confirmation de son transfert en dite classe adaptée…3sem à ce rythme.. mon fils a perdu l’intérêt de l’école carrément sans parler des travaux qu’il doit faire en pm et que je dois encadrer,. J’aimerais savoir si cette façon de procéder est la norme ? Nous comprenons et collaborons toutefois l’école en agissant de la sorte crée tout un bouleversement dans notre famille sans oublier d’avoir tout un mauvais impact sur notre fils…

    1. Ha! le fameux mois de janvier!!! À tous les ans c’était la même chose chez nous, dégringolade du comportement et des notes. Si je comprend bien votre enfant à été redirigé dans une classe spécial? 3 semaines est beaucoup trop long comme délais.Et la direction refuse de le reprendre à temps plein d’ici là! Je ne suis pas très fière d’eux!!! Vous pouvez refuser se délais, une suspension ne devrait pas être plus de 3 jours. Moi je vous suggère de prendre rendez-vous avec la direction et de leur exprimer vous inquiétude et que vous refusé un délais si long. N’hésitez pas à leur dire que votre enfant à perdu l’intérêt de l’école et qu’il à de la difficulté à compléter les travaux demandé. Vous êtes inquiètes pour votre enfant et c’est légitime. Vous ne devriez pas à avoir à l’encadrer pour les apprentissages qui devrait être fait en classe avec son enseignant(e). Si vous n’êtes pas satisfait de leur réponse et de leur service n’hésitez pas à communiquer avec votre commissions scolaire.

  8. Je partage votre opinion et suis en ce moment en processus avec la direction pour faire passer mon fils de la classe régulière en classe spéciale SAUF qu’à notre grand désarroi il est suspendu de sa classe régulière depuis le retour en classe le 8 janvier . L’école m’ayant offert un demi-temps. Il passe donc ces avant-midi à l’école. Pas de retour en pm,. jusqu à ce que nous ayons une confirmation de son transfert en dite classe adaptée…3sem à ce rythme.. mon fils a perdu l’intérêt de l’école carrément sans parler des travaux qu’il doit faire en pm et que je dois encadrer,. J’aimerais savoir si cette façon de procéder est la norme ? Nous comprenons et collaborons toutefois l’école en agissant de la sorte crée tout un bouleversement dans notre famille sans oublier d’avoir tout un mauvais impact sur notre fils…

    1. Ha! le fameux mois de janvier!!! À tous les ans c’était la même chose chez nous, dégringolade du comportement et des notes. Si je comprend bien votre enfant à été redirigé dans une classe spécial? 3 semaines est beaucoup trop long comme délais.Et la direction refuse de le reprendre à temps plein d’ici là! Je ne suis pas très fière d’eux!!! Vous pouvez refuser se délais, une suspension ne devrait pas être plus de 3 jours. Moi je vous suggère de prendre rendez-vous avec la direction et de leur exprimer vous inquiétude et que vous refusé un délais si long. N’hésitez pas à leur dire que votre enfant à perdu l’intérêt de l’école et qu’il à de la difficulté à compléter les travaux demandé. Vous êtes inquiètes pour votre enfant et c’est légitime. Vous ne devriez pas à avoir à l’encadrer pour les apprentissages qui devrait être fait en classe avec son enseignant(e). Si vous n’êtes pas satisfait de leur réponse et de leur service n’hésitez pas à communiquer avec votre commissions scolaire.

  9. Vous avez tout à fait raison. J’ai toujours appliqué cette règle et cela a même permis à mon fils de vivre un changement d’école dans l’harmonie en se sentant accepté et épaulé. Il ne faut jamais se faire des idées, j’ai connu des enseignants et des directions d’école tout à fait extraordinaires et informés sur le tda/h et d’autres moins à l’aise mais tous ont manifesté leur volonté d’aider, il s’agit de leur voie professionnelle après tout.

  10. Vous avez tout à fait raison. J’ai toujours appliqué cette règle et cela a même permis à mon fils de vivre un changement d’école dans l’harmonie en se sentant accepté et épaulé. Il ne faut jamais se faire des idées, j’ai connu des enseignants et des directions d’école tout à fait extraordinaires et informés sur le tda/h et d’autres moins à l’aise mais tous ont manifesté leur volonté d’aider, il s’agit de leur voie professionnelle après tout.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils