Vous êtes ici
Accueil > Intervenir > Compétences parentales > Ce trouble d’opposition qui nous provoque tant

Ce trouble d’opposition qui nous provoque tant

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

Quand on m’a annoncé que mon fils avait un trouble de l’opposition (TOP) accompagné d’un trouble anxieux, je n’avais vraiment aucune idée de ce que ça impliquait ou ce que ça pouvait vouloir dire au quotidien. Bien sûr, je connaissais déjà les crises, les oppositions quotidiennes et le perpétuel négativisme. Nous donnions d’ailleurs le surnom de schtroumpf grognon à fiston tellement il lui ressemblait. Je n’avais aucune idée que l’opposition allait venir troubler mon calme intérieur et impacter toute notre dynamique familiale.

On nous a conseillé qu’en plus de la médication (il a un TDAH), nous devrions consulter en psychoéducation car le TOP, ça ne se traite pas avec la médication (certaines peuvent aider toutefois). Nous avons donc demandé à être ajouté sur la liste d’attente du CLSC pour accéder au groupe jeunesse en santé mentale. Nous avons été admis et nous avons consulté pendant 1 an. La consultation a été bénéfique. Elle nous a permis de travailler notre cohésion parentale et à mieux communiquer les règles de la maison et surtout, à les faire respecter. Beaucoup de travail sur soi comme parent et sur le couple de parents.

Puis, l’hyperactivité est devenue plus présente. Nous avons donc ajusté la médication pour que celle-ci corresponde au nouveau poids de fiston. C’est que ça peut grandir vite ces petites bêtes-là! L’anxiété a alors prit entièrement le dessus sur fiston, crises, larmes, détresse. Je me suis mise à lire et à lire encore sur le sujet et certaines approches ont fonctionnées. Mais lorsque fiston est anxieux, il a besoin de prendre le contrôle de son quotidien (ça réduit son anxiété)… c’est alors qu’il devient opposant et vraiment challengeant!

Nous avons passé au travers de plusieurs épisodes d’opposition, tout était problématique, la couleur de ses chandails, le manque de lait dans le frigo, l’heure du dodo, le déroulement de la routine du matin et je vous épargne la liste, beaucoup trop longue. J’étais au bout du rouleau… vidée et vraiment découragée. J’ai tellement mis d’énergie sur son cas que je n’arrivais plus à y voir clair. Nous étions de mauvais parents, une mauvaise famille et il aurait préféré être ailleurs. Puis, il a lâché la bombe… il allait se suicider.

Je n’avais qu’une seule envie… me pousser loin, très loin. Heureusement, mon homme était là, il m’a soutenu et encouragé à prendre une pause. Fiston a fait un séjour chez mamie question d’éloigner le chaos (et pour son grand bonheur). J’ai soufflé un peu mais il me manquait… il est revenu.

À son retour, ça semblait s’être estompé (nous avons accordé peu d’importance à la bombe, mais nous avons été soutenu par le TES de l’école pour qu’elle fasse une intervention en ce sens)… mais il n’a fallu que deux jours pour que mon calvaire reprenne. Après une crise matinale où il a refusé de prendre sa pilule prétextant que c’était mauvais pour lui, il s’est vu consigné à sa chambre pour se calmer le pompon. Il est ressorti 5 minutes avant de partir pour l’école et il a machinalement rassemblé son repas du midi et prit sa pilule… hop! Il était prêt, comme si aucune crise n’avait eu lieu. S’en était trop, une provocation de trop pour moi.

J’ai alors réfléchi, qu’est-ce que je ferais avec un adulte si j’avais un sérieux problème avec son attitude. J’irais dîner avec lui pour en discuter. C’est ce que j’ai alors décidé de faire. Je suis passé à l’école le prendre, à sa grande surprise, puis je lui ai expliqué pourquoi j’étais là. Je lui ai dit ce que je souhaitais comme comportement le matin, mes attentes générales et qu’est-ce que j’aimerais voir comme dynamique familiale. Puis, je lui ai demandé ses attentes à LUI, comment il aimerait que la routine matinale se déroule. Nous avons finalement trouvé un terrain d’entente. Les journées qui ont suivies se sont déroulées à merveille.

Puis dimanche matin, comme c’est souvent le cas avec les enfants TOP, il a de nouveau provoqué. La veille, je lui avais proposé de faire une vente de garage le dimanche plutôt que le samedi puisque nous étions en plein ménage du garage et que nous n’avions pas encore rassemblé toutes les choses à vendre. Un simple conseil… mais il l’a mal interprété. Il s’est alors vengé… il a réglé l’alarme de mon réveille-matin à 5h30… et ça a fonctionné! Je me suis fait réveiller à 5h30, un dimanche matin!!!! J’étais furax.

Après s’être vengé de nous en effaçant tous nos enregistrements télé la semaine précédente, le voilà qui s’attaquait à mon sommeil. Et ça, ce n’est vraiment pas une bonne chose. Maintenant, c’était moi la schtroumpfette grognonne! À court de ressources, je me suis souvenue d’une recommandation de lecture qu’un membre de la communauté facebook m’avait fait : « Mon enfant s’oppose, que dire, que faire? ». Ouais! Qu’est-ce qu’on fait avec un p’tit provocateur ????
J’ai lu en diagonale tous les chapitres qui portent sur ce qu’est l’opposition et ce qui est normal ou pas (oooh que je le savais!) dans les types d’opposition . Puis, je suis allé directement aux cas d’urgence puisqu’on en était là! Je vous reparlerai du contenu du livre dans le cadre d’un autre billet. Mais ce qui a particulièrement attiré mon attention, c’est le jeu des points bleus.

Le jeu des points bleus

IMG_3827Le jeu des points bleus vise à stimuler et valoriser notre enfant en essayant d’éteindre l’opposition jour après jour et à encourager les comportements positifs. C’est un tableau sur lequel on inscrit des comportements « souhaités » et où on applique un point bleu lorsque celui-ci apparait. Chaque point bleu accumulé peut être échangeable contre une récompense. Dans notre cas, j’ai décidé de faire correspondre chaque point bleu à une minute. C’est-à-dire que lorsque fiston réussi à avoir le comportement identifié, il obtient un point bleu et peut l’échanger contre une minute de son choix : x minutes de plus avant d’aller au lit, x minutes pour jouer à l’ordi ou x minutes de jeu, etc.

J’ai donc identifié une série de comportements et j’ai affiché le tableau sur le frigo. J’ai expliqué le tableau à fiston et il s’est réjoui de pouvoir « contrôler » les points qu’il pouvait accumuler. Il n’est pas pénalisé pour les comportements qu’il n’a pas réussi à atteindre, on n’en parle même pas. Toutefois, on met un point rouge au niveau de ceux-ci, sans y accorder plus d’attention. J’ai pensé vous offrir le gabarit de ce petit tableau (en format Word), il ne vous restera qu’à vous procurer les petits points de couleur que vous pouvez trouver dans n’importe quelle papeterie ou magasin à 1$.

Bonus

En bonus, je vous offre une petite vidéo qui vous présente ce système avec quelques pistes de recommandations pour optimiser son fonctionnement.

Enregistrer

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

10 thoughts on “Ce trouble d’opposition qui nous provoque tant

  1. Bonjour,

    Mon fils a 6 ans et son entrée à l’école a été fracassante , des appels 3 fois par jour au travail, il s’oppose il ne veut pas rentrer dans le moule comme on me l’a dit à l’ècole.Plus jeune je n’avais pas de problème à la maison mais depuis quelques temps il s’oppose de plus en plus surtout avec son père qui n’arrive pas à comprendre le problème.
    Le ton monte, les cris les menaces les pleurs et la confusion totale dans la tête de cet enfant.
    je ne sais plus quoi faire prendre mon fils et partir pour essayer de l’éloigner de ce climat mal sain ou rester et le protéger le plus que je peux.j’ai besoin qu’on m’éclaire un peu.

    Merci

  2. Déjà essayé le système du tableau. Ça n’a pas fonctionné, il ne voyait que les points rouges ou encore il trichait en changeant les couleurs.

  3. Bonjour,
    Je n’arrive pas à voir où se trouve le lien pour le gabarit, car ce système semble vraiment super!!
    Merci beaucoup.
    Marie

  4. Voilà bien ma vie avec mon fils. Merci pour votre témoignage. Je ne sais pas quel âge a votre fils. Le mien en a maintenant 19 ans. Toujours anxieux et toujours oppositionnel. Aujourd’hui son anxiété est contrôlé avec un anxiolytique. Je souhaite bon courage et excellente estime de soi aux parents d’ado TDHA avec TOP, c’est à l’adolescence que tout se corse se complique. Une période vraiment intense d’émotion et de remise en question à travers laquelle tous les membres de la famille doivent s’impliquer dans une communication véritable et aimante. Savoir pardonner les paroles si blessantes que l’ado TDHA n’arrive pas à contrôler, les actions impulsives menant à une série de conséquences parfois assez graves. La lumière au bout du tunnel ? Aujourd’hui, à 19 ans et enfin un travail qui lui apporte de l’estime de soi, je dirais que ça va mieux… Avec beaucoup d’amour et jamais l’abandon. Des pauses aussi pour tout le monde, c’est essentiel, la famille élargie qui s’implique également. Et, l’ai-je dit ? BEAUCOUP D’AMOUR !!!

  5. Bonjour!
    J’essaie d’ouvrir le gabarit pour le tableau mais ça ne fonctionne pas… 🙁 Y a-t-il un autre moyen de l’Avoir? Ca serait très pratique ici avec mon fiston TDAH/TOP!!
    Merci!!

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils