Vous êtes ici
Accueil > Comprendre > Accepter > Ce que je voudrais te dire…

Ce que je voudrais te dire…

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

Mon fils, d’aussi loin que je me souvienne, tu as toujours été unique. Unique bien sûr à nos yeux de parents mais aussi aux yeux de nos proches qui voyait en toi un enfant attachant, beau et tellement brillant. Je m’étais donné pour mission de t’offrir le meilleur. Des activités stimulantes qui allaient te permettre de développer tes intérêts, une alimentation santé qui respectait en tout point les recommandations du guide « Mieux vivre ». Je t’ai même inscrit à une école internationale afin que tu puisses utiliser ton plein potentiel. Ce que tu m’as impressionné en sachant lire dès la maternelle. Pourtant, sous tes atours de perfection, certains comportements nous ont inquiétés; ta relation amour-haine avec la nourriture, tes tics incessants, ta curiosité insatiable, et ton manque de contrôle.

Puis, en deuxième année, ton enseignante s’est aussi inquiétée. Tu n’arrivais plus à organiser ta pensée, tu étais distrait, absent et tes amis ont commencés à te prendre comme tête de turc. Toi mon beau garçon intelligent, tu savais que tu étais différent et tu en souffrais. Nous avons demandé de l’aide.   Le verdict tomba un 5 décembre, alors que tu avais tout juste 7 ans. Mon monde a chaviré lorsque j’ai entendu les mots : Déficit d’attention mixte avec impulsivité. Mon fils que je voyais déjà médecin avait un TDA/H… j’avais pourtant tout fait, qu’est-ce qui avait cloché? « C’est héréditaire » que nous a dit le pédiatre, « comme la myopie ». J’avais transmis un problème neurologique à mon fils? Mais je ne souffre même pas de ce problème, comment était-ce possible? On m’a alors conseillé de te médicamenter pour t’aider à canaliser ton attention, question de régulariser les neurotransmetteurs de ton cerveau qui absorbaient trop de dopamine. Moi qui ne prends jamais de pilules, j’étais contre. Puis, tes grands-parents nous ont suggéré à ton père et moi d’essayer, que ça pourrait vraiment t’aider. Tu te souviens, quand nous t’avons demandé ce que tu en pensais, tu as tout de suite décidé d’aller de l’avant, tu en avais marre de ne pas être en contrôle de ta tête.

Puis, ton petit frère aussi a démontré des signes. Beaucoup plus explosif et tourbillonnant que toi, il a comme tu sais, lui aussi reçu un diagnostic de TDA/H. Mais dans son cas, on a diagnostiqué plusieurs autres troubles associés. J’étais d’autant plus dévastée car à l’annonce de ce diagnostic, la psychologue m’a dit qu’elle ne voyait pas deux TDAH dans notre maison, mais 3! Elle faisait bien sûr référence à ton autre petit frère qui n’avait alors que 3 ans. Je me souviens avoir tellement pleuré sur le chemin du retour… j’étais dévastée.

Aujourd’hui, après de nombreuses consultations en psychothérapie, en psychoéducation et après m’être impliquée dans ton éducation, je réalise que tu n’es pas le petit garçon que tes professeurs décrivaient comme étant « paresseux, impulsif et nonchalant », je vois plutôt un garçon persévérant, intelligent et déterminé. Même si aujourd’hui l’actualité met en lumière des statistiques alarmantes sur la consommation de Ritalin et sur les faux-diagnostic, Je fais fi des jugements car je sais que j’ai fait le bon choix. La médication t’a permis de mettre à profit ton plein potentiel et à te sentir bien dans ton corps et dans ta tête. Mon fils, ce que je voudrais te dire… c’est que te voir grandir est un pur bonheur, que je ne suis plus inquiète pour ton avenir et que nous sommes extrêmement fiers de toi.

Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

6 thoughts on “Ce que je voudrais te dire…

  1. Je n’ai jamais été diagnostiqué ni mon père qui a 70 ans, je pense que ce sera chose faite d’ici peu ! Incroyable comme la vie est extraordinaire, j’ai le même parcours j’ai 35 ans (ds quelques mois 36) mais je n’ai aucun doute c’est ça

  2. Je n’ai jamais été diagnostiqué ni mon père qui a 70 ans, je pense que ce sera chose faite d’ici peu ! Incroyable comme la vie est extraordinaire, j’ai le même parcours j’ai 35 ans (ds quelques mois 36) mais je n’ai aucun doute c’est ça

  3. Je nous reconnais tellement dans cette lettre à ton fils …

    Notre histoire est celle ci et semblable à la vôtre sur quelques petits points.

    Né en 2001 sous la pression de papa qui voulait un enfant, c’est en juillet qu’il se pointa le bout du nez. Tout allais bien, tout ce que nous connaissions a cette époque. Puis un jour, un œil ne voulait rester en place. Tests,rencontres à Ste Justine pour savoir qu’il fessait du strabisme. Il devra porter des lunettes et se faire opérer les yeux. C’était héréditaire … Nous avons énormément pleuré, travailler à faire accepter la situation a un petit bonhomme de 4 ans, et lui faire accepter de porter une patch a un œil durant près d’un an.

    Le temps a passé et nous sommes tous passé à travers.

    Puis, nous trouvions notre fils différent des autres enfants dans le sens qu’il était tres tres intelligent, aimait être plus avec les grands que les petits de son âges.
    Quelque saut d’humeurs, mais rien de bien inquiétant.

    Nous l’avons donc inscrit a des activités de groupe, tel que le soccer, le karaté, les scouts et autre. Aucune activité le satisferait. Ensuite quelques problèmes d’apprentissages sont apparu au primaire. Des crises et de nombreux pleurs entre maman et lui pour faire des devoirs qui n’aurait pris normalement que 5 minutes, s’étirait sur des heures.

    Perte de son estime, il disait qu’il se trouvait laid, que les autre enfants le dénigrait.

    Rencontres avec phychologues, médecins et autre pour essayer une médication. Énorme saut d’humeurs, pleurs de toute la famille. Essaie /erreur pour continuer dans cette voie. Même si nous étions contre toute médication.

    Inscription dans un collège privé pour avoir de l’encadrement, et surtout de l’aide. C’est en deuxième secondaire que les choses ont changés. Chutes des notes, changement et isolement des amis. Nous avons dû consulter un nouvel orthopedagogue. Nouveau diagnostique, mais non définitif. TDAH , dyslexie !

    Que faire avec Ca ?

    Présentement en processus …

    Notre fils, à de nouvelle passion, les cubes Rubik de toute les formes. Capable de les faire en moins d’une minutes, les sciences et les mondes virtuels de Minecraft.

    Je pense l’inscrire au cadet de l’air pour parfaire ses patron de science et l’interressé a l’aviation. Lui qui n’a que 13 ans et aillant pris plus d’une trentaines de vols.

    En parallèle, sa sœur 5 ans plus jeune, qui a subis la même opération au yeux, ne démontre pas encore de trouble de TDAH, mais elle souffre en silence du rejet de son idole, son grand frère.

    1. Merci François pour ce touchant témoignage. On se connaît bien et jamais je n’ai cru que vous viviez une situation pareille. J’aimerais beaucoup que tu dises à ton fils qu’être différent a permis à son père et à beaucoup d’autres personnes de vivre des choses tellement formidables, que le gens « ordinaires » n’auront jamais la chance de vivre. Être différent, c’est vraiment chouette tant qu’on embrasse cette différence et qu’on en est fier! Pour être une ex-cadette de l’air, je peux dire que c’est une excellente activité et qu’elle m’aura personnellement permis de me dépasser! Go go go!

  4. Je nous reconnais tellement dans cette lettre à ton fils …

    Notre histoire est celle ci et semblable à la vôtre sur quelques petits points.

    Né en 2001 sous la pression de papa qui voulait un enfant, c’est en juillet qu’il se pointa le bout du nez. Tout allais bien, tout ce que nous connaissions a cette époque. Puis un jour, un œil ne voulait rester en place. Tests,rencontres à Ste Justine pour savoir qu’il fessait du strabisme. Il devra porter des lunettes et se faire opérer les yeux. C’était héréditaire … Nous avons énormément pleuré, travailler à faire accepter la situation a un petit bonhomme de 4 ans, et lui faire accepter de porter une patch a un œil durant près d’un an.

    Le temps a passé et nous sommes tous passé à travers.

    Puis, nous trouvions notre fils différent des autres enfants dans le sens qu’il était tres tres intelligent, aimait être plus avec les grands que les petits de son âges.
    Quelque saut d’humeurs, mais rien de bien inquiétant.

    Nous l’avons donc inscrit a des activités de groupe, tel que le soccer, le karaté, les scouts et autre. Aucune activité le satisferait. Ensuite quelques problèmes d’apprentissages sont apparu au primaire. Des crises et de nombreux pleurs entre maman et lui pour faire des devoirs qui n’aurait pris normalement que 5 minutes, s’étirait sur des heures.

    Perte de son estime, il disait qu’il se trouvait laid, que les autre enfants le dénigrait.

    Rencontres avec phychologues, médecins et autre pour essayer une médication. Énorme saut d’humeurs, pleurs de toute la famille. Essaie /erreur pour continuer dans cette voie. Même si nous étions contre toute médication.

    Inscription dans un collège privé pour avoir de l’encadrement, et surtout de l’aide. C’est en deuxième secondaire que les choses ont changés. Chutes des notes, changement et isolement des amis. Nous avons dû consulter un nouvel orthopedagogue. Nouveau diagnostique, mais non définitif. TDAH , dyslexie !

    Que faire avec Ca ?

    Présentement en processus …

    Notre fils, à de nouvelle passion, les cubes Rubik de toute les formes. Capable de les faire en moins d’une minutes, les sciences et les mondes virtuels de Minecraft.

    Je pense l’inscrire au cadet de l’air pour parfaire ses patron de science et l’interressé a l’aviation. Lui qui n’a que 13 ans et aillant pris plus d’une trentaines de vols.

    En parallèle, sa sœur 5 ans plus jeune, qui a subis la même opération au yeux, ne démontre pas encore de trouble de TDAH, mais elle souffre en silence du rejet de son idole, son grand frère.

    1. Merci François pour ce touchant témoignage. On se connaît bien et jamais je n’ai cru que vous viviez une situation pareille. J’aimerais beaucoup que tu dises à ton fils qu’être différent a permis à son père et à beaucoup d’autres personnes de vivre des choses tellement formidables, que le gens « ordinaires » n’auront jamais la chance de vivre. Être différent, c’est vraiment chouette tant qu’on embrasse cette différence et qu’on en est fier! Pour être une ex-cadette de l’air, je peux dire que c’est une excellente activité et qu’elle m’aura personnellement permis de me dépasser! Go go go!

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils