Vous êtes ici
Accueil > Intervenir > Compétences parentales > Anxiété, quand tu nous tient

Anxiété, quand tu nous tient

Hier, j’avais à me rendre avec fiston du milieu (et fiston de 13 ans) à leur entraînement en neurofeedback.  Comme c’était le second entraînement de fiston du milieu, je n’avais pas anticipé qu’il développe de l’anxiété ou qu’il ait certaines difficultés liées à la « nouveauté »… on allait simplement entraîner notre cerveau… je me suis trompée.

Notre rendez-vous était prévu pour 11h et puisque les enfants sont actuellement en congé, ils n’avaient pas vraiment d’horaire et je les laisse en profiter un max avant le retour en force de la routine scolaire.  Fiston du milieu a donc déjeuné puis a finalement prit sa pilule juste avant de partir (il étire toujours le moment de prendre la pilule, il n’aime pas ça). Résultat? – Le chaos.

J’étais pourtant optimiste, prête à me rendre avec mes 2 cocos.  Mais fiston du milieu, l’opposant, le provocateur et l’anxieux a choisi ce moment « anxiogène » pour faire valoir ses talents haut en couleur de provocateur.  Assis sur la banquette arrière (car devant, il joue avec la radio, le coffre à gants, le pare-soleil et j’en passe…), il a trouvé le moyen de me faire perdre patience (et je suis TRÈS patiente) au point tel où j’ai dû reprendre le contrôle de ma personne.

De grandes respirations, insssssssspirer, expirrrrrrrer… et on recommence… tout doucement.  Je n’arrivais plus à contenir ma propre anxiété… je me sentais mal, je tremblais et je retenait mes larmes parce qu’il était venu chercher cette toute petite brèche sensible qui me fait perdre le contrôle.

Je vous épargne les détails de son hyperactivité de la banquette arrière… les détails sont peu importants.  Ce qui l’est davantage, c’est de voir que malgré tous les outils que j’ai en poche, malgré tout le travail que nous faisons pour l’aider à vaincre son anxiété, à gérer ses comportements, il arrive que ça ne fonctionne pas du tout.  Il arrive aussi qu’on soit décontenancés par la réaction de notre enfant, qu’on ai l’impression qu’il nous cherche volontairement.  Je sais bien qu’il ne veut pas mal faire, qu’il ne cherche pas volontairement à me faire paniquer… mais combien cela prendra-t-il de temps et d’efforts pour arriver à ce que tous les deux on puisse mieux gérer/contrôler nos émotions?  Il était anxieux en lien avec l’entraînement et il a réveillé en moi ma propre anxiété de conduite (oui, je suis une anxieuse de la route). Deux personnes qui s’aiment profondément et qui sont sur la brèche, ça peut faire des flammèches.

Finalement, en lui communiquant que son comportement affectait la qualité de ma conduite et que ça m’angoissait, il a compris et s’est repris en mains (il a probablement eu peur et j’ai déplacé son anxiété.. je ne sais trop).  Je peux vous dire qu’une fois sur place, il a été le premier à faire son entraînement, je n’en pouvais plus.  Au retour, il était calme (son anxiété a passé et sa médication a eu le temps de faire effet) et moi aussi. 😉

J’ai tout de même prit la décision de le laisser à son père (au travail) question de faire une pause-santé mentale.  Fiston de 13 ans m’a remercié de lui offrir à lui aussi une pause, parce qu’on le veuille ou non, les comportements anxieux ont un impact sur toute la famille.

Eloïse
Fondatrice et blogueuse at

Fondatrice et blogueuse principale sur Famille TDAH. Eloïse est aussi entrepreneure, passionnée de web et maman de 3 garçons dont 2 d'entre-eux sont directement touchés par le TDAH.

3 thoughts on “Anxiété, quand tu nous tient

  1. J’avais une question concernant l’entraînement au neurofeedback. Si jamais l’entraîneur se rend compte que l’enfant n’est pas dans un bon état d’esprit pour la séance, c’est possible de la remettre à une autre fois? J’imagine que s’il avait été trop anxieux, la séance n’aurait pas servi beaucoup..?

  2. Merci de partager vos moments avec nous, ça rend les nôtres plus normal!!
    Ma fille de 6 ans s’est complètement désorganisé à la fin de l’année scolaire et son anxiété a monté à son niveau le plus élevé.
    Elle s’est depuis lors, réveillé à toute les nuits et parfois durant plusieurs heures…( de minuit à l’heure du réveil, debout à côté de mon lit à me dire que son corps n’avait pas sommeil, qu’elle avait peur de la mort et que des voleurs entre dans la maison…) Malgré toutes nos interventions, la situation reviens tranquillement à la normale avec le retour à l’école la semaine prochaine. Comme quoi c’est son cadre rassurant et tant mieux! Par contre, on va mieux s’organiser l’été prochain….ouf, tout un été épuisant!!

  3. Tjs un plaisir et d’une grande vos partages de votre propre experience.
    il est vrai que tout ceci n’est pas simple
    moi avec mon fils de bientot 13 ans TDAH avec TOP et sous ritaline j’avoue ne plus avoir de solutions ou plutot d’avoir le sentiement de ne pas savoir m’y prendre.
    les crises, le climat tendu quasi en permanance perturbe l’equilibre familliale.

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils