Vous êtes ici
Accueil > TDAH chez l’enfant > 8 choses à ne pas dire à un parent d’enfant TDAH

8 choses à ne pas dire à un parent d’enfant TDAH

Profile photo of Eloïse Beaulé

Eloïse Beaulé

Entrepreneur et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.
Profile photo of Eloïse Beaulé

Lorsque l’on parle de trouble de comportement comme le TDAH, même si on sait tous ce que c’est un trouble neurologique, on fait  face à de nombreux préjugés, à de nombreux commentaires des gens qui nous entourent.  Ces mots qui tuent, on les entend à répétition et chaque fois, ils nous blessent, ils nous peinent, c’est une perpétuelle torture.

Si vous avez des personnes de votre entourage, surtout des proches, qui ont des enfants TDAH, voici ce que vous devez à tout prix éviter de leur dire:

  1. Tu manques d’autorité, c’est un enfant Roi – On juge alors les compétences parentales, l’éducation que les parents donnent à leurs enfants. Personnellement, je n’oserais jamais dire une telle chose à l’un de mes proches… c’est un manque TOTAL de respect. Surtout, si la personne qui le dit sait que l’enfant a ce trouble. Faites un peu preuve de jugement, personne n’aime se faire dire qu’il est la cause de quelque chose alors que ce n’a rien à voir.  Le TDAH, n’est en rien relié à la compétence parentale.
  2. S’il le voulait, il pourrait! C’est de la paresse! – Ces enfants travaillent TELLEMENT fort pour se sortir la tête de l’eau et les parents travaillent tout autant pour que l’estime de soi de leur enfant ne soit pas affectée.  Quand tu réalises à 6-7 ans que tu dois travailler plus fort que tes copains pour arriver à de moins bons résultats et qu’en plus, on te tombe dessus en te disant que tu si tu voulais, tu pourrais. Ou pire, que tu fais preuve de paresse…  C’est déjà difficile, il est donc inutile de multiplier les réprimandes.  Le TDAH, c’est un problème neurologique!
  3. Laisse-le moi, je vais le mettre au pas – Aaaaaaaaah qu’on l’entends souvent celle-là! Mais oui, vous êtes tous meilleurs que nous, bien sûr. La discipline, c’est nécessaire, on le sait, ça sert d’encadrement et ça permet de baliser certains comportements.  Mais quand tu chicanes un  enfant parce qu’il a mal agit et qu’il ne saisit même pas pourquoi ni comment il s’est rendu jusque là… et que ça se répète sans cesse parce qu’il ne « contrôle » pas son comportement… même le plus habile des sergents n’y arriverait pas.   Je vais vous faire redescendre de votre nuage, vous n’êtes pas meilleur que nous. 🙂
  4. C’est normal voyons, c’est juste un enfant – Cette phrase est généralement dites pour nous rassurer comme parent.  C’est généralement un proche qui la sort, pour nous épargner un peu.  Sauf que, quand tu sais ce qu’a ton  enfant, que tu connais les comportements désagréables, c’est un peu comme se faire dire qu’on fabule… qu’on n’a pas un regard juste sur la situation. Qui est mieux qu’un parent pour bien connaître son enfant? Ne mettez pas en doute notre jugement.
  5. Aujourd’hui, tous les enfants sont TDAH, c’est une mode – Oui, c’est vrai, on en parle beaucoup plus qu’avant, on a l’impression qu’il y a plus d’enfants diagnostiqués et sous médication qu’il y a 20 ans.  Mais à cette époque, la communication, les médias et les sources d’information n’étaient pas aussi évolués.  Me dire que c’est une mode, c’est en venir à nous dire que nous parents, nous sommes assez bêtes pour apposer une étiquette sur notre enfant, juste comme ça, pour être à la mode.  Que nous parents, nous sommes assez fous pour payer 1500$ en diagnostic et payer chaque mois près de 100$ de médication.  C’est aussi banaliser le TDAH. Oui ce trouble neurologique est courant… c’est génétique aussi. Le parent à qui vous le dites, est peut-être lui aussi TDAH…
  6. Tes enfants devraient faire plus de sport, jouer dehors – Une autre qu’on entends souvent.  Entendons-nous, le sport c’est bon et bénéfique pour TOUS les enfants, pour tous les adultes aussi! Il y a des enfants qui sont très actifs, trop même et ça ne suffit pas toujours.  Faire du sport ne suffit pas et ne solutionne pas la problématique.  Le TDAH, c’est un trouble chronique, on apprend à réduire les symptômes, on développe des stratégies pour vivre avec mais on n’en guérit pas.  Et puis, ce ne sont pas tous les enfants TDAH qui sont hyperactifs…
  7. Vous droguez vos enfants, la consommation de Ritalin rivalise avec les M&M –  J’entends parfois même des gens comparer la médication à la cocaïne. Sérieusement ? Vous pensez qu’on décide soudainement de donner un médicament (parce que s’en est un!!) à notre enfant pour rien, à la manière d’une vitamine ou d’un bonbon? Bien non! Nous avons VRAIMENT examiné cette décision sous tous les angles possibles avant d’en arriver là, on ne veut pas donner de médication!!!!!  Mais comment pourrait-on refuser à notre enfant de porter des lunettes alors qu’il voit mal? Pourquoi je ne lui donnerais pas un manteau alors qu’il fait froid? Non mais dire que c’est de la cocaïne parce que c’est un médicament psychostimulant… faut le faire, vraiment.
  8.  Tu achètes la paix en médicamentant ton enfant –  Saviez-vous que le fait de médicamenter l’enfant profite à peine au parent? Eh oui, l’enfant prend sa médication avant d’aller à l’école, pour être certain qu’elle fasse effet toute la journée.  Le matin, c’est donc la galère pour nous parce que notre enfant est beaucoup plus préoccupé par tout ce qui l’entoure que par sa préparation pour l’école.  Au retour le soir, c’est la même chose, tout juste le temps pour faire les devoirs et la médication est déjà passée.  Alors c’est parfois le retour de la galère à l’heure du repas ou du coucher.  Mais on vit avec. Nous aimons profondément nos enfants et nous croyons en eux.  Nous n’achetons pas la paix, nous travaillons notre patience par contre, beaucoup plus que la vôtre d’ailleurs.

Si vous aimez un proche et qu’il est touché par le TDAH, surtout comme parent; plutôt que de juger ou de critiquer, faites preuve d’un peu plus d’ouverture.  Dites-lui que vous avez confiance en son jugement et qu’à titre de parent, lui seul sait ce qui est le mieux pour son enfant.  Dites-lui aussi que si la médication peut aider son enfant (et parfois lui-même), pourquoi pas! Que le manque de sport et d’activité physique, ce n’est pas juste un problème pour les enfants TDAH, c’est un problème de société!  Dites-lui aussi que vous constatez tous les efforts qu’il déploie et qu’il a toute votre admiration, surtout dans une époque comme celle où nous vivons et qu’il a bien fait de prendre action.  Mais surtout, dites-lui bien que vous l’aimez et que son enfant est chanceux d’avoir un parent comme lui, à l’écoute de ses besoins et qui remue ciel et terre pour lui faire une place au soleil. Après tout, n’est-ce pas la place qui revient à l’enfant Roi? 😉


Eloïse Beaulé

Entrepreneure et passionnée du web, Eloïse est aussi maman de 3 garçons dont 2 ont des diagnostics de TDAH. Elle écrit sur sa vie de famille touchée de près par le TDAH depuis 2009 et s'est donné pour mission de guider et d'orienter les familles vers les ressources et les outils pouvant soulager leur quotidien déjà rempli de défis.

103 thoughts on “8 choses à ne pas dire à un parent d’enfant TDAH

  1. Bonjour, je suis maman d’un garçon de 10 ans, atteint de tda sans hyperactivité. Le diagnostic a été fait il y a peu, et je suis un perdue. Comment dois je agir ? réagir ? Je suis un maman plutôt encourageante, qui ne s’arrête pas sur l’échec, je valorise (j’essaie au maximum…) mais je dois avouer que je ne sais pas comment faire pour que mon enfant se sente bien, heureux, j’aimerai ne plus le voir sans cesse frustrer. Je suis avide de conseils, merci d’avance.

  2. Merci pour cette article, vous avez oublier le « c’est dans ta tête le problème » grrrrrr!!! Parce qu’ils voient mon enfant quelques heures seulement et qu’elle joue avec les autres « normalement » ou qu’elle réussit avec des bonnes notes à l’école. Sauf qu’il ne voient pas le travail de préparation de 3 jours pour jouer normalement avec les autres amies sans impulsivité, ni le fait qu’on fait 4 fois chacunes des leçons pour qu’elle les retiennent, le tout la tête en bas sur sa chaise en écrivant sur un tableau blanc au mur :p.

  3. Moi jais 14 ans et en plus d’un tda jais un trouble de l’apprentissage et une dislexi desortographique, et en plus je doi être là persone la plus complexer à se sujet. Bref je vous souhaite telement avoir de meilleurs résultats, et à moi aussi😂 puis je tien a dire que non se n’est pas de la parraise mais ses réel et en plus on s’en rend pas trop compte se qui lorsque ce n’es pas diagnostiquer plus tôt peu détruire notre estime de soi genre moi je lais appris l’an passé. On avais de gros doute mais on ne pouvais pas être sur mais à cause de sa mon estime de moi même à chuté en flèche…

  4. je suis maman d’un enfant de 7ans atteint du tdah il vient juste d’être reconnu pour l’être ca été le parcours du combattant très mal connu mon médecin traitant m’a dirigé vers un psychologue car il est soupçonné lhyperactivité le psychologue m’a dirigé vers un neuropediatre mais par chez moi ils sont rares donc les rendez vous très longs après 2ans d’attentes sans réponses je les ai recontacté ils m’ont dirigé vers une clinique qui avait des rendez vous un peu plus proches sans compter sur le désagrément du trajet (2h aller retour) mais bon c’est chose faite il doit être mis sous traitement pour l’aider au mieux premier essai le 3 juin je souhaite que ça l’aide vraiment à l’école cà devidentifier très dur les enfants commencent à le stigmatiser par limpulsivité et l’excès qui fait preuve et je dois dire que le corps enseignant n’est pas très ouvert sur le sujet à part dire qu’il doit se plier au règles je suis d’accord mais c’est comme demander à un myope de voir clair sans lunette mais ils ont beaucoup de mal à l’assimiler mais pour lui je me batterai et son malêtre a lecole se ressens encore plus à la maison c’est déjà pas simple à vivre mais la société ne les aide pas à se sentir à leur « place » si je peux dire ça comme ça… il est déjà arriver de pleurer de pas savoir dormir mais les gens n’essaient pas de savoir ce qu’il vit au quotidien….

  5. Bonjour je suis un enfant de 13 ans qui est victime de la maladie TDAH . Tous les jours je travaille dur et je que des mauvaise note moyenne général . Le week end je passe 15 heures devant l’ordinateur . Malgrer sa ma mère me soutiens tous les jours de la semaine de l’année a m’aider . Bref bonne chance a tous ce qui on la TDAH . Si vous avez des conseilles pour m’aider sa serait simpas . En revoir

    1. Bonjour,
      premièrement, je voudrais te dire que tu es un garçon très courageux, car parler ouvertement du TDAH n’est pas toujours facile. En plus, tu es certainement un jeune homme avec une persévérance supérieur aux autres. Tu sais gravir des montagnes à tous les jours, ce n’est pas tout le monde qui est capable. Alors toi, tu as cette capacité :O) d’affronter et surmonter ses défis de grandes tailles.

      Et comme tu es ouvert à recevoir des conseilles, le plus beau que je peux te donner sera d’apprendre à t’aimer avec le TDAH qui fera parti de toi toute ta vie, fais en ton allié, ton meilleur ami même si parfois comme vous dites les jeunes « il me fait chier ». AIME-TOI comme tu es :O)) Et par dessus tout change deux mots de ton vocabulaire: victime, car tu n’es pas une victime, tu est un BATTANT :O))) et le mot maladie, car personne ne meurt du TDAH tu apprend à vivre avec lui, oublie pas il est ton ALLIÉ :O)))).

      Une maman qui comprend très bien ce que tu vie :O)

  6. Bonjour , j’ai 13 ans est je suis victime de la maladie TDAH tout les vendredi je dois aller voir une neurologue . Je me tape des note pourris exenples 10sur 20 etc alors que je bosse dur … Bref bon courage a tous

  7. Je suis aussi maman de trois beaux garçons avec TDAH. J’ai été très émue en vous lisant. Merci!
    Isabelle

  8. Merci, merci de votre texte. C’est mes pensées, mes paroles que vous avez mis dans votre blogue. C’est pas facile la routine et le quotidien. L’été, j’essaie de laisser ma fille être un enfant sans médicament mais c’est bien difficile. Sans médicaments, elle devient de plus en plus agressive en vieillissant et beaucoup plus d’opposition ce qu’elle avait moins plus jeune. Étant malade à la maison (maladie invalidante non curable), je trouve cela difficile. Alors, les jour d’été sans médicaments ce font moins souvent. Y’a aussi son père qui ne comprend pas sa maladie alors ce n’est pas évident. Merci pour votre blogue.

    1. À mon avis ce n’est pas l’aider de lui laissez faire ses étés sans medicaments… laisseriez vous votre enfant myope sans lunettes? Laisseriez-vous votre enfant diabétique sans insuline pour la période estivale afin que son corps se repose? Ma fille a 13 ans et lorsqu’elle ne prends pas sa médication le matin elle s’en rend compte. Elle ne se sens pas bien, elle réalise que ses interactions avec les autres sont plus difficiles et elle en souffre. Elle demande sa médication. Elle se souviens du temps où je baissais la dose pour l’été et ce ne sont pas nécessairement de bons souvenirs pour elle…

  9. Bonsoir,

    Je suis maman d’un enfant TDAH ++ et de TOP. Mon trésor ce chicanne avec touts les enfants du voisinage. Les parents ont étiquettes mon fils de. Ti-criss de mal élever. Je suis à bout de resourse et, surtout je ne sais plus comment gérer la situation. J’ai aucun problème avec le TDAH et TOP… J’ai aussi ces deux merveilleuse choses.ce que j’ai c’est la peine de voir mon fils plus d’amis et consciens que ces pas tant ça faute…. Aide-moi svp !!? Merci chère parents

Leave a Reply

Top
Aller à la barre d’outils